Véhicules électriques : Royal annonce un million de bornes en 2020 et 1000 euros d'aide pour les deux roues

ECONOMIE
DirectLCI
GRANDS PROJETS -En visite au Mondial de l'automobile à Paris, la ministre de l'Environnement a multiplié les annonces en faveur des véhicules électriques, et rappelé le succès non démenti de la filière en France

Grande VRP de la circulation routière électrique devant l'éternel, Ségolène Royal ne manque pas d'ambition pour le développement des automobiles et des deux-roues roulant grâce à la magie de la fée électricité. De sa prise en charge du dossier Heuliez, société pionnière dans le domaine en difficulté financière alors qu'elle était présidente de la région Poitou-Charentes, à ses annonces en faveur du déploiement des bornes électriques, la ministre de l'Environnement ne laisse passer aucune occasion pour valoriser cette filière.


Son passage au Mondial de l'automobile 2016 au parc des Expositions de la porte de Versailles ne fera pas exception. En visite pendant deux heures, Ségolène Royal a annoncé qu'elle voulait rebondir sur le scandale de la triche au diesel dans les manufactures Volskwagen : "Ce que je souhaite, c'est que de cette crise sorte un coup d'accélérateur pour la voiture électrique. [...] Les constructeurs doivent baisser les prix et élargir leur gamme". Dont acte, et deux annonces importantes.

Lire aussi

Tout pour l'électrique

La première porte sur la volonté de Ségolène Royal de déployer massivement de nouvelles bornes électriques : un million d'ici 2020. Une gageure, puisqu'il y en a actuellement à peine plus de 14.000. Mais la France étant leader en matière de véhicules électriques en Europe (100.000 véhicules en circulation), la ministre entend enfoncer le clou. L'objectif serait même intermédiaire, puisque la ministre avait indiqué en juin 2014 vouloir porter le nombre total de bornes à sept millions en 2030.


La seconde porte sur l'encouragement à l'utilisation des deux-roues électriques. La ministre a évoqué la mise en place d'un nouvel avantage pour les acheteurs de deux ou trois roues électriques, avec un bonus écologique de 1000 euros.


Reste alors, et la ministre a pu le rappeler, à solutionner le problème toujours freinant de l'autonomie de ces véhicules : 400 kilomètres théoriques, 300 dans les faits. Rien qui ne dervrait empêcher la ministre de poursuivre sa politique fiscalement désavantageuse pour les véhicules diesel.

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter