Bac de philosophie : adieu Marx et Freud ?

Education

Toute L'info sur

À la loupe

A LA LOUPE - Karl Marx et Sigmund Freud vont-ils disparaître des programme de philosophie en Terminale ? C'est une interprétation qui circule, alors qu'un groupe d'élaboration des programmes vient de rendre ses recommandations pour le bac de philo. La réalité est un peu plus nuancée. Et surtout, pas encore gravée dans le marbre.

Les bacheliers peuvent-ils dire au revoir à Marx et Freud ? Sur Twitter, l'éditeur est chercheur en littérature Johan Faerber laisse entendre que les nouveaux programmes de classe de Terminale, en philosophie, éluderont à l'avenir les travaux de l'économiste et du psychanalyste. 

"Le nouveau programme de Terminale en philo vient de tomber" écrit-il jeudi 21 mars dernier, ajoutant : " Deux notions disparaissent et non des moindres : le Travail et l'Inconscient. C'est-à-dire Marx et Freud : qui a dit que la réforme "Blanquer" n'était pas idéologique et orientée politiquement ?" Le lendemain, le site de Marianne publie l'appel d'Ambre Guillaume (pseudo), chercheuse en philosophie à la Sorbonne, accompagné d'une pétition pour défendre les programmes de philosophie. Elle aussi déplore la suppression des thèmes du Travail et de l'Inconscient mais indique quant à elle que "Marx et Freud demeurent ironiquement au programme". Alors, qu'en est-il dans les faits ? 

Tout est parti de la restitution, devant des professeurs de philosophie, du groupe d'élaboration des projets de programmes (le Gepp). Composés d'experts dans chaque spécialité, d'enseignants et d'inspecteurs, ces groupes ont pour rôle de composer les programmes pour chaque discipline spécialisée, en réfléchissant au parcours intellectuel des élèves et à une mise en oeuvre concrète. 

LCI a tenté de joindre, en vain, Pierre Guenancia, professeur de lettres et de philosophie à l'université de Bourgogne. C'est lui qui est responsable du Gepp Philosophie. Néanmoins, nous avons pu contacter Nicolas Franck, président de l'association des professeurs de philosophie de l'enseignement public, qui a pu assister à cette restitution du groupe d'experts. Il nous confirme bel et bien cette information : les notions de Travail et d'Inconscient n'ont pour l'instant pas été retenues, à cause d'un impératif d’allègement des programmes. 

Marx et Freud toujours dans la liste des auteurs

Mais concernant la disparition pure et simple de Marx et de Freud des programme, la réalité est plus nuancée. D'ailleurs, pour lui, c'est "un faux problème". Il nous explique : "Au programme, il y a une liste d'auteurs parmi lesquels est choisi un texte pour le bac, ainsi qu'une oeuvre complète à étudier tout au long de l'année. Cette liste conserve tous les auteurs précédents et se retrouve même un peu étoffée : Marx et Freud y demeurent. Engels, qui a travaillé avec Marx est même ajouté." Donc, si les notions de Travail et d'Inconscient disparaitraient de séries générales, "cela ne veut pas dire qu'on ne pourra pas étudier Marx et Freud en classe". 

Est-ce pour autant tout à fait pareil ? Dans la pétition publiée sur le site de Marianne, la chercheuse souligne une modification majeure - notamment d'ordre politique : "Exit Marx et Freud comme parangons du Travail et de l'Inconscient" écrit-elle, "c'est-à-dire du matérialisme historique et de la psychanalyse... et bonjour Augustin et Thomas d'Aquin ! En d'autres termes, le futur bachelier deviendra un cadre d'entreprise rompu à la rhétorique."

Par ailleurs, nos confrères de CheckNews, qui ont traité le sujet dès vendredi 22 mars, relaient la parole de Frédéric Le Plaine, président, lui, de l'association pour la création d'instituts de recherche sur l'enseignement de la philosophie (l'Acireph). Il estime que "s'il n'y a plus de Travail, il ne sera plus nécessaire d'étudier Marx" alors même que "c'est l'un des chapitres qui intéresse le plus les élèves. C'est une réalité concrète et une valeur centrale dans notre société", ajoute-t-il.

Une décision provisoire

Toujours est-il que les choses ne sont pas encore gravées dans le marbre. En effet, le groupe d'experts, sur ce sujet, rend simplement des directions consultatives. Le ministère de l'Education nationale, contacté par LCI, confirme, comme il l'a fait auprès de CheckNews, qu'il s'agit d'une "proposition provisoire" du Gepp. Cette proposition sera remise au conseil supérieur des programmes (CSP) au mois de mai, et on ignore encore si elle sera retenue en ces termes. Le CSP devra donc se prononcer sur cette proposition d'enlever les notions de Travail et d'Inconscient, puis les professeurs seront consultés. Enfin, ce sera le ministère qui donnera son feu vert.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Lire et commenter