Education : Jean-Michel Blanquer annonce les nouveautés de l'année scolaire 2019-2020

Education

RENTRÉE 2019 - Le ministre de l'Education nationale a fait plusieurs annonces concernant la nouvelle année scolaire, mardi 27 août. Abaissement à trois ans de l'âge de début de l'instruction obligatoire, baisse des effectifs de classes dans les quartiers défavorisés, réforme du bac... On fait le point sur ces nouveautés.

La rentrée politique se poursuit et les annonces également. Du côté de l'éducation, Jean-Michel Blanquer a dévoilé, mardi 27 août, plusieurs nouveautés qui s’appliqueront pour cette nouvelle année scolaire. "Le défi de l'égalité des chances, du bien-être au travail des personnels, et le grand défi de l'avenir, la question environnementale", a-t-il estimé. Ces annonces s'inscrivent dans la suite du projet de loi porté par le ministre "pour une école de la confiance", adopté début juillet.

L'école primaire reste la "priorité"

Jan-Michel Blanquer a affirmé que l'école primaire était "la priorité" du gouvernement. Dans cette optique, l'abaissement à trois ans de l'âge de l'instruction obligatoire, contre six jusqu'à présent, était une mesure phare du projet de loi. Elle ne concernera que 26.000 enfants qui ne fréquentent pas l'école actuellement (98% vont déjà en maternelle dès cet âge). C'est toutefois un enjeu majeur pour certains territoires comme Mayotte ou la Guyane.

Lire aussi

La réduction d'effectifs dans les classes de CP et CE1 dans les zones défavorisées était une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Sa mise en oeuvre s'achève à la rentrée, 10 800 classes ont été créées depuis 2017. En Seine-Saint-Denis et dans les quartiers nord de Marseille, ce dispositif se heurte toutefois à un manque de salles de classes, qui empêche un réel dédoublement.

Au printemps, le président de la République a annoncé que la mesure serait étendue progressivement aux classes de grande section en éducation prioritaire et que les effectifs seraient limités à 24 élèves dans toutes les classes de grande section, CP et CE1 d'ici la fin du quinquennat.

Handicap, élèves perturbateurs et "éco-délégués"

Le gouvernement a promis que les familles d'élèves handicapés seront mieux accompagnées à la rentrée avec une cellule de réponse concernant la prise en charge de leur dossier. Dans la même lignée, le métier d'accompagnant voit son statut renforcé. La création de pôles inclusifs d'accompagnement localisés (PIAL) a été votée et doit permettre l'accompagnement au plus près des besoins pédagogiques de chaque élève. Cependant, les syndicats redoutent un risque de renforcement d'une gestion mathématiques des besoins.

Jean-Michel Blanquer a développé certains points concernant "les élèves perturbateurs". Il propose notamment d'envoyer les élèves qui ont été plusieurs fois exclus "en classe relais" ou dans des "internats tremplins" sur plusieurs mois, sans que l'autorisation parentale soit nécessaire. Il a également évoqué la signature d'un "contrat de responsabilisation" pour les parents.

Dans un contexte où les élèves ont fait chaque vendredi la grève du climat, le ministre de l'Education nationale a également estimé que l'engagement écologique des élèves devait être davantage valorisé.  Il a annoncé la création de 250 000 "éco-délégués", soit un délégué par classe en France. "Il contribuera à ce qu'il y ait des actions pour l'environnement dans chaque classe", a-t-il précisé.

Poursuite de la réforme du bac

Le ministre s'est attelé au vaste chantier de la réforme du bac, sur laquelle nombre de ses prédécesseurs se sont cassés les dents. Le nouveau bac, resserré autour de quatre épreuves écrites et d'un grand oral, ne verra le jour qu'en juin 2021. Mais il se prépare en amont et des changements interviennent cette année pour les élèves de Première. Les séries S, ES et L sont supprimées et remplacées par des enseignements de spécialités. Ces élèves essuieront les plâtres de la nouvelle forme de l'examen.

Contestée par un certain nombre d'enseignants, cette réforme a provoqué en juin dernier une grève inédite des correcteurs du bac, qui ont refusé de rendre les copies en temps et en heure.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter