Blanquer précise les contours du retour en classe le 11 mai

Blanquer précise les contours du retour en classe le 11 mai
Education

PRÉCISIONS - Ce mardi sur France 2, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a donné plus de précisions sur la réouverture des écoles à partir du 11 mai prochain, date fixée par Emmanuel Macron lors de son allocution. Selon Jean-Michel Blanquer, le retour à l'école ne sera pas "obligatoire" le 11 mai et se fera par "petits groupes".

Lors de son allocution aux Français, lundi 13 avril au soir, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé une date de fin de confinement fixée au 11 mai prochain. Dans la foulée, le chef de l'Etat a annoncé une réouverture progressive des crèches, écoles, collèges et lycées à partir de cette échéance. Ce mardi matin sur France 2, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a donné quelques précisions sur les annonces du chef de l'Etat.

Ainsi, ce dernier a indiqué que les conditions de réouverture de ces établissements devraient être déterminées "d'ici deux semaines", précisant qu'il ne s'agira pas d'une rentrée comme les autres, avec des classes de 30 élèves, mais plutôt une reprise par "petits groupes". "Ce qui est certain, c'est qu'il ne peut pas y avoir de grands groupes, on ne peut pas avoir des classes bondées dans notre situation actuelle", a-t-il indiqué, précisant qu'une partie des cours pourrait se faire à distance, avec une "charge horaire moins importante", notamment pour les lycéens.

Lire aussi

Une reprise par "petits groupes"

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Le ministre de l'Education a expliqué que cette reprise progressive se fera par tranche d'âge : "On ne va pas avoir les mêmes âges qui rentrent au même moment." "Encore une fois c'est un retour progressif donc il va y avoir là aussi beaucoup d'aménagements c'est évident. (...) L'objectif c'est qu'entre le 11 mai et le 4 juillet, nous ayons réussi cette resocialisation (...) qui permette de se remettre dans l'apprentissage", a poursuivi Jean-Michel Blanquer.

"Le mot progressif est très important dans cette phrase parce qu'il est évident que tout ne va pas se passer du jour au lendemain", a déclaré Jean-Michel Blanquer, avant d'ajouter que le retour à l'école "ne sera pas obligatoire le 11 mai". "Il faut sauver les élèves qui pourraient partir à la dérive du fait du confinement. C'est les publics les plus fragiles que j'ai d'abord en tête", a-t-il insisté.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent