Retourner en cours pour deux semaines : pour quoi faire ?

Retourner en cours pour deux semaines : pour quoi faire ?
Education

ENSEIGNEMENT - Alors que les écoles vont rouvrir pour deux semaines de cours, le ministre de l'Intérieur Jean-Michel Blanquer assure que "chaque jour compte dans la vie d'un élève".

Tous les écoliers et collégiens devront retourner à l'école du 22 juin au 4 juillet. Mais que faire faire aux enfants en deux semaines, après plus de deux mois d'interruption et de classe à la maison ? De nombreux parents sont sceptiques quant à l'utilité de renvoyer leurs enfants en classe, même si le ministre de l'Education nationale répète que chaque jour compte.

"Deux semaines c’est très important. Chaque jour compte dans la vie d’un élève", a rappelé Jean-Michel Blanquer lundi au micro d'Europe 1. "Les enfants ont besoin d’aller à l‘école, et deux semaines ça n’est pas rien, que ce soit sur le plan pédagogique, où il peut se passer des choses très importantes, comme sur le plan psychologique", a ajouté le ministre. 

"Les enseignants se demandent comment ils vont pouvoir faire leur métier"

Sur le plan pédagogique, difficile de dire ce que feront les enfants. Cela dépendra de leurs professeurs. Jointe par LCI ce mercredi, la responsable nationale du syndicat SE-Unsa Claire Krepper a avoué qu'il était encore difficile d'en dire plus. "Les professeurs sont désemparés, découragés, chacun fera ce qu'il peut, avec les élèves qu'il a", a-t-elle expliqué. "Quand on a eu une aussi longue interruption, la reprise des apprentissages est perturbée. Malgré tout, en quinze jours, les élèves auront le temps de se remettre sur les rails, notamment de la lecture et de l'écriture pour les plus jeunes."

Lire aussi

Selon la professeure d'anglais, "les enseignants de maternelle seront les plus libres, puisque la distanciation physique est abolie dans les classes. Ils vont pouvoir réorganiser leurs espaces de jeux, de nouveau faire vivre leur classe comme d'habitude. A l'école primaire et au collège, les choses seront plus difficiles, et les professeurs auront plus de difficulté à organiser des cours qui tiennent la route. Surtout si peu d'élèves reviennent - ce que nous craignons -, que les groupes changent régulièrement, et que comme le préconise le nouveau protocole sanitaire, les classes se déroulent en extérieur. Certains enseignants ont l'impression qu'on les utilise : on leur dit de se débrouiller pour accueillir tout le monde, et ensuite de faire ce qu'ils veulent des élèves. Ils se demandent comment ils vont pouvoir faire leur métier."

En vidéo

Reprise de l'école : les établissements ont reçu les directives

Toujours lundi sur Europe 1, Jean-Michel Blanque a également indiqué que le but n'était pas de "de terminer le programme cette année". Ce qui est peut-être le plus important est de "se retrouver, faire le point sur là où en est chacun", d'apporter "une dimension personnalisée" à ces retrouvailles, "et puis ensuite faire cours en fonction de cela". 

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

Claire Krepper a elle aussi insisté auprès de LCI sur l'importance de renouer un lien avec les élèves avant les vacances. "Au cours de ces deux semaines, les enseignants prendront conscience des besoins auxquels ils auront à répondre à la rentrée", explique la syndicaliste, pour qui "pour partir en vacances il faut être allé à l'école". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent