Le gouvernement prépare une rentrée universitaire 2021 "à 100% en présentiel"

0

BIENTÔT LA VIE D'AVANT - Invité de France Inter ce mardi, la ministre de l'Enseignement supérieur a indiqué qu'une rentrée "à 100% en présentiel" en septembre prochain était le "souhait de tout le monde" au gouvernement.

Vers la fin du calvaire pour les millions d'étudiants ? Au micro de France Inter ce mardi, Frédérique Vidal a fait part de son optimisme quant à la rentrée scolaire en septembre prochain. "On prépare une rentrée 100% en présentiel", déclare-t-elle. "C'est vraiment le souhait de tout le monde", ajoute-t-elle précisant que, dans tous les cas, une "solution de repli à demi-jauges" sera prévue. La ministre de l'Enseignement supérieur a également indiqué que la fin d'année et "le passage à une jauge à 50% dans les semaines qui viennent" allait "permettre de tester les protocoles et de voir comment vont se mettre en place les possibilités d'autotests pour les étudiants"

Toute l'info sur

Covid-19 : déjà un an de pandémie...

Selon la ministre, la majorité des étudiants sont de retour sur site (1 fois par semaine). "Les étudiants avaient une demande très forte de retrouver les professeurs et réciproquement", rappelle-t-elle. "La situation est contrastée selon les disciplines. Ils reviennent majoritairement physiquement, en moyenne à 60%, mais c’est très variable d’un site à l’autre", glisse-t-elle. 

Lire aussi

Reprise des examens en présentiel à partir du 3 mai

Autre sujet évoqué ce mardi par Frédérique Vidal, les examens. "Ils se tiennent à distance jusqu’au 3 mai. Ils peuvent reprendre en présentiel à partir du 3 mai, à l’exception des concours et examens nationaux", annonce-t-elle la reprise se faisant avec une "jauge à 50% dans les établissements". Aucune obligation de présenter le résultat d'un test n'a été instaurée. En outre, ce sont les universités qui choisissent les modalités de contrôle des connaissances. Quand elles décident de les maintenir en présentiel, les étudiants sont convoqués "très en amont de l'heure" des examens "pour avoir des entrées fluides et multiples, souligne la ministre. "On n’enlève pas son masque pendant l’examen et on demande aux étudiants de ne pas s’attrouper", détaille-t-elle, tentant de rassurer sur les conditions sanitaires. "Ce qui est important, c’est de prendre en compte que l’année a été particulière, mais les sessions sont maintenues", conclut-elle.

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.