Les cheveux colorés désormais interdits dans un collège de Créteil

Education
EDUCATION - Dans un collège du Val-de-Marne, à Créteil, les élèves ne peuvent plus se présenter avec les cheveux teints depuis lundi 8 janvier. Un durcissement du règlement intérieur qui n'a pas ravi tout le monde.

C'est une rentrée sans fantaisie au collège De Maillé, à Créteil dans le Val-de-Marne. Depuis lundi, cet établissement privé catholique interdit l'entrée aux élèves ayant les cheveux teints en des couleurs trop vives. Adieu les chevelures de sirènes, la direction estime que ces "manifestations capillaires" sont "des fantaisies, voire des extravagances qui ne sont pas adaptées au cadre scolaire, comme le stipule le code de vie" du collège. Cette interdiction, repérée par le Parisien, a été annoncée à la veille des départs en vacances et s'est appliquée dès lundi 8 janvier.

"Du même ordre que les jeans troués"

Certains élèves ne comprennent pas l'interdit, selon les équipes du journal Le Parisien qui se sont rendues sur place. Pour Najib "chacun a droit de faire ce qu’il veut" quand Emma estime qu'"on ne peut pas s’exprimer, alors qu’à notre âge, on se teste, c’est naturel". Pas de grand scandale cependant : à cette heure, la direction n'a reçu aucune réclamation des parents. Surement car très peu de collégiens de cet établissement avaient succombé à cette mode des cheveux bleus ou roses, qui fait fureur sur Instagram et aux Etats-Unis. 


Mais malgré leur nombre très réduit "nous voulons éviter qu’il y en ait davantage", a précisé au Parisien la nouvelle directrice du collège. Selon elle, "c’est du même ordre que les jeans troués, cela fait partie du règlement intérieur. (...) Nous sommes loin d’être une exception." En effet, le collège De Maillé avait déjà instauré, comme la plupart des établissements de France, des interdictions contre les tenues considérées "trop excentriques". 

Les parents mitigés

Un élève a déjà été rappelé à l'ordre, la direction est encore en train d'envisager les sanctions pour les récidivistes. Du côté des parents, les avis sont mitigés. Alors qu'une maman "trouve cela complètement absurde" et estime que les choix capillaires "ne relèvent pas de l’autorité scolaire", le père d'un autre élève considère que le collège a raison de ne pas "tout tolérer". Pour lui, les cheveux colorés, "cela ne fait pas très propre."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter