Après la polémique sur l’EPS, le basketteur Evan Fournier appelle Blanquer à réformer le sport à l'école

Evan Fournier et Rudy Gobert déçus après la défaite des Bleus en finale olympique.

TRIBUNE - Le basketteur Evan Fournier en appelle à Jean-Michel Blanquer dans une tribune publiée lundi pour réclamer une réforme du système sportif français à l'école et de créer des plages horaires dédiées aux sports.

Après le tacle, les réclamations. Dans une tribune publiée sur le site du Huffington Post, le basketteur Evan Fournier a appelé lundi Jean-Michel Blanquer à une réforme en profondeur du sport à l'école, en créant notamment des plages horaires pleinement dédiées à la pratique sportive. Une suite (logique) aux critiques qu'avait lancé le joueur des Knicks de New York à l'adresse du ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports après les JO de Tokyo.

Un trou de mémoire ? On rembobine. Pour expliquer les différents succès des équipes françaises de sport collectif aux Jeux, le ministre s'était félicité de "la qualité de l'enseignement de ces sports à l'école". Une déclaration qui avait provoqué les moqueries de plusieurs sportifs français, dont le handballeur Vincent Gérard ou encore les basketteurs Vincent Poirier et, donc, Evan Fournier, qui lui avait répondu sur Twitter en qualifiant la culture sportive de "désastreuse" en France.

Toute l'info sur

Les Jeux olympiques 2024 à Paris

Profiter de la vague Paris 2024 pour réformer le sport à l'école

Dénonçant l'impact "minime" de l'EPS sur les performances françaises aux JO, Evan Fournier, lui-même fils de professeur d'EPS, suggère de profiter des Jeux de Paris 2024 pour "réformer le système français en proposant un accès plus important à la culture et au sport". Et de poursuivre : "À l’image de nombre de nos voisins, pourquoi ne pas offrir aux jeunes de réelles plages horaires dédiées au sport dans leur emploi du temps ?" 

Celui qui évolue en NBA depuis 9 ans maintenant propose de s'inspirer du système scolaire américain, qui "permet à de jeunes sportifs ambitieux de poursuivre leurs études, avec l’octroi de bourses dans les plus prestigieuses universités du pays". En France, déplore-t-il, les sports collectifs sont pratiqués par "simple commodité". 

Ce ne sont pas les deux minuscules heures d’EPS par semaine de mon emploi du temps de collégien qui m’ont insufflé l’envie de jouer au basket.- Evan Fournier

Le joueur de 28 ans dénonce aussi "une inégalité dans l’accès au sport entre les établissements disposant de moyens, et ceux se trouvant dans des situations plus compliquées". "Ce ne sont pas les deux minuscules heures d’EPS par semaine de mon emploi du temps de collégien qui m’ont insufflé l’envie de jouer au basket", écrit-il, se disant prêt à recevoir Jean-Michel Blanquer à New-York pour "continuer à échanger sur le sujet".

Lire aussi

Contacté par l'AFP, Le ministère de l'Éducation nationale rappelle que "l'EPS n'a pas pour but de former des sportifs de haut niveau, mais de former le plus grand nombre au sport", soulignant "l'importance des cursus sportifs de haut niveau à l'école".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : les tests deviendront payants le 15 octobre seulement pour les non-vaccinés, annonce Jean Castex

Le Covid-19 pourrait altérer la matière grise du cerveau même chez les cas bénins

Taux d'incidence du Covid-19 : où en est l'épidémie en France ?

Ségolène Royal échoue à se faire élire au Sénat

Les filles de Barbès

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.