Des lycéens empêchés de passer les épreuves de contrôle continu échappent finalement au zéro

Des lycéens empêchés de passer les épreuves de contrôle continu échappent finalement au zéro
Education

ESPOIR - Quatorze lycéens de La Rochelle en Charente-Maritime, qui n'avaient pas participé aux épreuves de contrôle continu du nouveau bac en raison de blocages, pourront demander à repasser les épreuves, annonce l'académie de Poitiers.

Ces quatorze lycéens rochellais vont pouvoir souffler un peu... L'académie de Poitiers vient d'annoncer qu'ils pourront demander à repasser les épreuves de contrôle continu du nouveau bac. Ces élèves n'avaient pu les passer en raison du blocage de leur lycée. Ils pourront passer ces épreuves d'ici le mois de mai. 

Dans un communiqué adressé à l'AFP, une porte-parole du rectorat explique que cette décision a été prise "en lien avec le ministère" de l'Education nationale. "Compte-tenu du contexte difficile" entourant les épreuves communes de contrôle continu, les E3C, souvent reportées en raison de blocages dans de nombreux lycées, "nous voulons laisser aux lycéens une seconde chance", indique le rectorat. "Chaque situation sera étudiée avec bienveillance", ajoute-t-il. Une victoire donc, pour ces lycéens et une marche arrière pour le rectorat. 

Mais aussi un motif d'espoir pour d'autres élèves, plusieurs académies et proviseurs ayant menacé les élèves qui refuseraient de se présenter à une épreuve, sans excuse valable, d'un zéro pointé, une règle rappelée à plusieurs reprises par le ministère de l'Education.

Lire aussi

Au lycée Valin de la Rochelle, une première épreuve avait été reportée en raison de blocages par des opposants à la réforme du bac. Malgré ce report, quatorze élèves du lycée n'avaient pas été non plus en mesure de passer l'épreuve, en raison de nouveaux blocages. 

Les lycéens avaient été convoqués par le proviseur de leur lycée qui leur avait signifié dans un premier temps, qu'ils risquaient d'avoir zéro. Puis, dans un second entretien, ils ont été informés qu'ils pouvaient demander à passer le rattrapage.

La réunion au ministère de l'Education nationale a porté ses fruits

Une dizaine de ces élèves étaient venus clamer leur colère, sous les fenêtres du ministère de l'Education nationale à Paris, aux côtés de la FCPE (Fédération des conseils de parents d'élèves) pour demander l'annulation de ces zéros - qui n'étaient que des "risques de zéro", a répété le rectorat. La FCPE demandait "soit l'annulation, soit le report des épreuves", qui comptent pour 1,7% de la note finale du bac, selon Magali Icher, présidente de la Fédération de parents d'élèves (FCPE) d'Ile-et-Vilaine. 

Lundi 10 février, la FCPE était conviée au ministère de l'Education nationale pour une réunion. Celle-ci s'est avérée fructueuse pour l'association de parents d'élèves. 

Depuis leur lancement le 20 janvier, ces épreuves (baptisées E3C dans le jargon) suscitent la colère des syndicats, de professeurs et de lycéens qui veulent "faire barrage" à cette réforme du bac voulue par Jean-Michel Blanquer. L'hostilité à cette réforme s'est traduite par le blocage de plusieurs dizaines d'établissements dans l'Hexagone et en outre-mer, et par le report d'épreuves dans plusieurs dizaines de lycées, sur 1.600 lycées publics au total. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent