Rentrée scolaire : des masques fournis gratuitement aux élèves par certaines collectivités

C'est le duel de l'été : masque chirurgical contre masque en tissu. À chacun ses adeptes. Pour les départager, regardons leur efficacité, le prix, le côté confort et son impact écologique.

ÉDUCATION - À une semaine de la rentrée scolaire, certains élus locaux ont annoncé la distribution de masques gratuits pour leurs collégiens et lycéens, regrettant que le gouvernement impose le port "systématique" dans les classes sans prendre de mesures compensatoires.

S'ils sont une "fourniture" scolaire "comme une autre", aux yeux du ministre de l'Education, ce n'est pas l'opinion de tout le monde. Alors que Jean-Michel Blanquer a annoncé que le port du masque serait "systématique" à partir du collège mais que le gouvernement n'en distribuerait pas aux élèves, plusieurs collectivités ont prévu de palier aux manques. Les élus sont nombreux à annoncer qu'ils allaient commencer à distribuer des masques aux élèves du collège et des lycées. 

Toute l'info sur

La France face à une 3ème vague d'ampleur

Pas aux familles "de supporter ce coût"

Car si, jeudi 20 août, Jean-Michel Blanquer a rendu obligatoire le port du masque à partir de 12 ans, des masques gratuits pourront être fournis uniquement au cas par cas aux familles "en grande difficulté". Mais de nombreux élus estiment que cette gratuité devrait être généralisée, vu la fermeté du gouvernement au sujet du retour à l'école. "C'est le rôle du ministère de l'Éducation nationale de s'assurer d'une distribution gratuite des masques dans les écoles et dans les collèges, ça nous semble indispensable et nécessaire", avait par exemple lancé le patron des députés Les Républicains, Damien Abad.

C'est pourquoi certains responsables locaux revendiquent de se "substituer à l'Education nationale". À l'instar de la présidente de Valérie Pécresse, qui a annoncé la distribution de deux masques lavables en tissu à chaque lycéen et professeur francilien durant la première semaine de la rentrée scolaire. La mesure, destinée à "s'assurer que les familles n'aient pas de charges supplémentaires pour cette rentrée", équipera les quelque 522.000 lycéens franciliens, dans le public comme dans le privé. "Nous renouvellerons les masques aussi souvent que possible", a assuré la présidente de la région Ile-de-France, lors d'une conférence de presse. Idem pour la région Occitanie, où Carole Delga a regretté dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux ce mardi que le gouvernement n'ait pas prévu de masques pour les élèves.

 "Ce n'est pas aux familles de supporter ce coût, c'est aux collectivités publiques", a-t-elle lancé, estimant que "normalement c'est à l'Etat". Hors "faute de décision de l'Etat", la région "assumera sa responsabilité". "Le port du masque obligatoire dans les lycées, c'est la région qui va financer ces masques", a-t-elle indiqué, voulant "rassurer" les familles, précisant que chaque famille pourra retirer cette protection textile dès jeudi. Xavier Bertrand a quant à lui promis ce lundi sur Twitter qu'un masque gratuit en tissu réutilisable serait remis au quelque 270.000 lycéens et 40.000 apprentis de la région Hauts-de-France "afin de permettre une rentrée dans les meilleures conditions sanitaires".

Voilà pour les régions, dont dépendent les lycées. Concernant les collèges, qui sont rattachés aux départements, certains ont également fait savoir qu'ils comptaient participer à cet effort. C'est le cas des Hauts-de-Seine et du Val-de-Marne, qui ont annoncé ce mardi qu'ils fourniraient également deux masques lavables et réutilisables à tous les collégiens de leur territoire. En Seine-Saint-Denis, ce sont quatre protections qui seront distribuées à chacun des 88.000 collégiens du public comme du privé dès la rentrée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : d'ex-chefs d'États et prix Nobel appellent à lever les brevets des vaccins

AstraZeneca : "Un crève-cœur" pour ces médecins contraints de jeter des doses inutilisées

Quels sont les scénarios pour rouvrir les terrasses et les lieux culturels le 15 mai ?

Affaire Mia : pourquoi l'alerte enlèvement a-t-elle été levée aussi rapidement ?

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

Lire et commenter