Molière va-t-il vraiment être réécrit pour être plus accessible?

Molière va-t-il vraiment être réécrit pour être plus accessible?

ÉDUCATION - Une publication sur les réseaux sociaux laisse penser que si certaines pièces de Molière vont être réécrites, c'est parce que la langue utilisée est "devenue trop ardue pour les écoliers". Un raccourci trompeur.

Les amoureux de la langue - et de l'oeuvre - de Molière, ont "la tête un peu chaude". Une publication sur les réseaux sociaux échaude les esprits, assurant ce vendredi 12 février que "des jeunes auteurs et autrices vont réécrire" les pièces du dramaturge français afin que les élèves "puissent y avoir accès plus facilement, ou du moins, d'une manière nouvelle". Une nouvelle réécriture qui pousse la radio France Culture à se demander si "la langue de Molière" ne serait pas devenue "trop ardue pour les écoliers d'aujourd'hui"

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Une réécriture pour le français langue étrangère

Une question à laquelle certains se sont empressés de répondre par l'affirmative. La députée LaREM Aurore Bergé a par exemple regretté que "sous couvert d'un prétendu égalitarisme, on considère (...) que certains élèves ne pourraient avoir accès à Molière". "C'est insultant pour eux", a-t-elle estimé. Un ton similaire à celui d'un professeur en philosophie, pour qui "la France est désormais un pays où des clowns conçoivent sérieusement le projet de réécrire Molière". Sur Twitter, il s'insurge contre "l'ampleur de la désinstruction nationale". Pourtant, cette colère n'a pas lieu d'être. 

Si le tweet est trompeur, l'article auquel il renvoie indique que ces réécritures sont en fait le fruit d'une initiative du centre international de théâtre francophone en Pologne, "en partenariat avec la Comédie-Française". Lancée depuis cinq ans, son objectif est de donner chaque année à de jeunes auteurs et autrices francophones la possibilité de réécrire de nouvelles pièces "destinées essentiellement à l'enseignement du français en langue étrangère (FLE)". Une formule originale, baptisée "10 sur 10", qui permet à dix auteurs de travailler pendant dix jours ensemble pour composer chacun une pièce de dix pages avec dix personnages. C'est à cette occasion qu'en avril 2019, ils ont choisi de réinventer le répertoire du dramaturge français. Venus "des quatre coins de la francophonie", ils ont "travaillé sans relâche à la réécriture des pièces du maître français afin de les rendre accessibles à ceux qui apprennent... Sa langue justement", lit-on sur le site de l'association. 

Lire aussi

Il ne s'agit donc pas du tout une actualisation à destination des écoles françaises. D'ailleurs, le professeur interrogé par la station publique exerce à l'Université de Lausanne, en Suisse. Pour ceux qui n'aiment pas lire, il explique bien, après une minute d'émission, que "le but du jeu n'est pas de rendre le théâtre de Molière accessible". "Il ne s'agit pas de dépoussiérer Molière, mais d'inventer avec lui des pratiques pédagogiques et des nouvelles formes d'écriture dramatique pour les dramaturges d'aujourd'hui."

La langue "éloignée" de Molière

Alors pourquoi la radio se pose-t-elle la question du niveau de la langue de Molière "trop ardue" pour la population? Tout simplement parce que, dans le cadre de cette émission, ce professeur de littérature, Marc Escola, a été interrogé sur le sujet. Et il a estimé que cette langue, avec son orthographe, son style et son humour, était évidemment "ardue pour les élèves français et francophones". Mais pas parce que le niveau pédagogique baisse. Simplement parce que c'était une autre époque."C'est une langue éloignée de nous de plusieurs siècles", rappelle-t-il. 

Raison pour laquelle, d'ailleurs, les œuvres lues et étudiées aujourd'hui sont des rééditions. Pour preuve, l'extrait ci-dessus Des Précieuses ridicules, dans sa version jouée en 1660. Et l'une de ses citations célèbres, lorsque Mascarille lance que "les gens de qualité savent tout sans avoir jamais rien appris".

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : pourquoi le nombre de jeunes en réanimation continue d'augmenter ?

La mort d'Olivier Dassault complique un peu plus la succession à la tête de l'entreprise familiale

EN DIRECT - Vaccin Johnson & Johnson : la HAS espère donner un avis "à la fin de la semaine"

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Assassinat de Samuel Paty : "J'ai menti", avoue l’adolescente à l’origine de la polémique

Lire et commenter