Demi-jauges dans les lycées : vers un baccalauréat à deux vitesses ?

Demi-jauges dans les lycées : vers un baccalauréat à deux vitesses ?

UN BAC OPTION INÉGALITÉS ? – Les lycéens des 16 départements confinés ont désormais tous cours en demi-jauges. Certains redoutent que cette année de crise sanitaire ne soit celle des inégalités pour les candidats au bac.

Le compte à rebours est lancé. Dans moins de trois mois, des centaines de milliers de lycéens passeront le baccalauréat (ou ce qu'il en reste puisque seules les épreuves terminales de philosophie et du grand oral ont été maintenues, les autres devant relever du contrôle continu). Cependant, tous n'auront pas forcément les mêmes chances devant leur copie en fonction du lieu où ils sont scolarisés : lycée public ou privé, en zone ayant été ou non reconfinée... Au final, les élèves n'auront pas eu le même nombre d'heures en classe et à distance. 

C'est le sens d'une tribune publiée la semaine dernière dans Le Monde par l'agrégé de philosophie Claude Obadia. "Force est de reconnaître que nous sommes aujourd’hui dans l’incapacité d’offrir à tous les élèves des lycées les mêmes conditions de scolarisation et de réussite à la session 2021 du baccalauréat", regrettait-il, appelant à ce que les épreuves terminales du bac soient elles aussi remplacées par du contrôle continu. 

Toute l'info sur

La France retrouve le confinement

Au lendemain de la publication de ce texte, le gouvernement annonçait le nouveau confinement de seize départements pour au moins quatre semaines, et le basculement de tous les lycées de ces zones en demi-jauges - 50% d'élèves en présentiel, 50% en distanciel. Une annonce qui inquiète les futurs bacheliers concernés."Ça va être encore plus dur, ça fait moins de temps au lycée pour apprendre", déplore ainsi dans le reportage de TF1 en tête de cet article une lycéenne dont l'établissement, situé dans les Alpes-Maritimes, doit s'organiser pour donner encore plus de cours à distance à ses élèves pendant ce 3e confinement. "Quand on est à la maison, c'est compliqué, car on a toujours des tentations autres que le travail. C'est compliqué de se motiver", avoue de son côté l'un de ses camarades. 

En vidéo

Comment faire appliquer la demi-jauge dans nos lycées ?

Les parents craignent eux aussi de voir les inégalités entre élèves s'accroître. "J'ai ma nièce qui est en Alsace", raconte une mère de famille. Les élèves de ce département "ont eu ce système hybride de novembre à janvier, mais depuis ils sont en classe totale. Les nôtres, non. On se demande si les enfants seront préparés de la même façon." 

Il n'y a pas d'inégalités flagrantes entre départements.- Jean-Remi Girard, président du SNALC

D'après Jean-Remi Girard, président du Syndicat national des lycées et collège (SNALC) et professeur dans un lycée parisien,  on peut toutefois "arriver à ne pas prendre trop de retard" avec le système hybride des demi-jauges. Enseigner par petits groupes permet en effet de gagner en efficacité selon lui. De plus, quand une partie des élèves est présente le matin et l'autre l'après-midi (mais les établissements peuvent par exemple s'organiser aussi d'une semaine à l'autre), "cela permet d'éviter le décrochage scolaire et règle la question de la cantine le midi".  

Grâce à ce dispositif, nous assure le syndicaliste, "il n'y a pas d'inégalités flagrantes entre départements depuis l'instauration des jauges réduites en novembre dernier. En fait, le problème ce n'est pas tant les épreuves du baccalauréat, nous seront très bienveillants, mais plutôt de conjuguer pédagogie et exigences sanitaires avec des jauges difficiles à respecter." De nombreux établissements, de quartiers huppés notamment, "subissent des pressions par les parents d'élèves pour que leurs enfants soient au maximum en présentiel, ce qui n'est pas compatible avec la situation sanitaire", déplore-t-il. 

Lire aussi

Le président du SNALC doit participer à un point sanitaire avec le ministère de l'Éducation nationale ce mardi afin que des directives plus précises soient formulées aux établissements scolaires des 16 départements confinés

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

EN DIRECT - Covid-19 : Castex envisage "des mesures supplémentaires" face à la situation au Brésil

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

Covid-19 : la pandémie à un point "critique", alerte l'OMS

Lire et commenter