Immersion au pensionnat de la Légion d'honneur

Immersion au pensionnat de la Légion d'honneur

ÉLITISME – À Saint-Denis, un lycée à l'ancienne forme l'élite féminine de demain. La maison d'éducation de la Légion d'honneur est réservée aux filles. Le protocole y est strict et la qualité de l'enseignement unanimement reconnu.

La maison d'éducation de la Légion d'honneur est l'un des plus prestigieux de France, l'un des plus stricts aussi. Un établissement créé en 1805 par Napoléon pour offrir une éducation aux filles de ses soldats les plus méritants. Un lycée 100 % féminin de 500 élèves au cadre majestueux, l'ancienne abbaye royale de la basilique de Saint-Denis. Seules sont acceptées les filles, petites-filles et arrière-petites-filles de médailler de la Légion d'honneur ou de l'ordre national du mérite. Plongée dans un univers codifié, comme figé dans le temps, où prône l'ordre, la tradition et l'excellence.

Toute l'info sur

Sept à huit

Entrée dans la légion, c'est comme entrée dans les ordres. Sur 700 demandes par an, seul un tiers est accepté par l'école. L'organisation y est quasi militaire. Le port de l'uniforme est une règle immuable de cet établissement, pourtant public et laïc. Il y a peu de place pour la fantaisie, comme l'austérité de l'uniforme avec la ceinture, une écharpe comme les Miss France, indissociable du costume depuis deux siècles. Rigueur, bonne manière, tradition... À la légion, on ne fait rien dans la demi-mesure. Au bout de deux avertissements, plus possibles de se réinscrire l'année suivante. Au troisième, exclusion directe. Là-bas, la révérence est de rigueur à l'arrivée de la proviseure qu'on appelle la surintendante. La quasi-totalité des lycéennes accepte les règles sans brancher.

Dans ce lycée d'élite, le taux de réussite au bac est de 100 %, dont 50 % de mention très bien en 2019. Pour parfaire l'éducation de ces demoiselles, rien de tel que la grande musique. Un héritage de l'époque napoléonienne, où les jeunes filles de bonne famille devaient savoir jouer Mozart pour briller en société. Dans ce pavillon de musique, digne d'un conservatoire, il y a 20 studios. La légion dispose même d'un orchestre et d'une chorale. La scolarité est gratuite, mais les frais d'internat coûtent 2 800 euros par élève et par an. Nous y avons suivi trois élèves et madame Michaud, la surveillante à la main de fer gantée de velours.

Cet extrait vidéo est issu du replay de Sept à Huit, émission d’information et de reportages hebdomadaire diffusée sur TF1 et présentée par Harry Roselmack. 7 à 8 propose 3 à 4 reportages sur l’actualité du moment : politique, faits divers, société ou encore évènements internationaux.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Joe Biden estime que le Covid-19 fera "plus de 600.000" morts aux États-Unis

EN DIRECT - États-Unis : l'acte d'accusation contre Donald Trump transmis au Sénat lundi

Procès en destitution de Trump : l'article transmis lundi au Sénat, et après ?

Paris : un adolescent lynché sur la dalle Beaugrenelle, ses agresseurs recherchés

Que sait-on de l'ivermectine dans le traitement du coronavirus ?

Lire et commenter