Mais que va devenir Hillary Clinton ?

ÉLECTION AMÉRICAINE 2016

Toute L'info sur

Elections présidentielles

RECONVERSION - Malgré tous les sondages et pronostics qui la donnaient gagnante, Hillary Clinton s'est vu ravir la Maison Blanche par Donald Trump. Au lendemain de l'élection, se pose la question d'une possible reconversion pour la candidate démocrate.

"Nous devons accepter ce résultat et regarder vers l'avenir". Après sa défaite contre le candidat républicain, Hillary Clinton a sans doute prononcé l'un des discours les plus difficiles de sa carrière. Malgré le soutien de Barack Obama, de tout le camp démocrate et d'un grand nombre de personnalités publiques, l'ancienne secrétaire d'Etat échoue aux portes de la Maison Blanche. Mais après cet échec cuisant, quel avenir se dessine pour l'ex-sénatrice ? 

Une nouvelle candidature pour 2020 ?

Même si la candidate à la présidence a reconnu un "échec douloureux" lors de son discours de défaite du 9 novembre, elle n'a pas pour autant annoncé son retrait de la vie politique. Une nouvelle candidature serait-elle alors envisageable ? Certains de ses détracteurs pourraient faire remarquer que l'âge de Hillary Clinton ne jouerait pas en sa faveur. 


Toutefois si la démocrate se représentait lors de la prochaine échéance en 2020, elle aurait 73 ans soit... le même âge que Ronald Regan lors de sa réélection en 1985. Elle sera d'ailleurs moins âgée que Donald Trump si ce dernier se représente. Rien ne s'annonce donc impossible.

Lire aussi

S'investir auprès de la fondation Clinton ?

La fondation Clinton, qu'elle porte avec son mari Bill et sa fille Chelsea, est l'une des plus puissantes organisations caritatives du pays. Selon le Washington Post, son action aurait permis de soulever deux milliards de dollars depuis sa création pour ses différents secteurs de recherche (écologie, santé publique, développement...). Sur le papier, l'engagement de la fondation semble louable. 


Mais une fois la campagne lancée, les détracteurs de la candidate pointent de possibles conflits d’intérêts entre la démocrate alors qu'elle occupait le poste de secrétaire d’Etat de 2009 à 2013 et les investisseurs étrangers donateurs de la fondation. Une épine dans le pied du clan Clinton qui avait été rapidement reprise par l'opposition. 


Sous la pression judiciaire, Bill Clinton avait annoncé en août dernier que l'organisation changerait de nom et cesserait son activité hors des Etats-Unis si sa femme accédait à la Maison Blanche. De nouveau les mains libres, il n'est pas difficile d'imaginer alors que Hillary Cliton puisse s'investir à nouveau au sein de l'ONG. 

Lire aussi

Des conférences rémunérées ?

Autre possibilité pour l'ancienne sénatrice : faire fructifier ses activités privées. Après avoir quitté son poste de secrétaire d'Etat en 2013, elle avait notamment donné des conférences rémunérées dans de nombreuses écoles américaines. Les universités se l'arrachaient, allant jusqu'à débourser plusieurs centaines de milliers de dollars pour quelques heures, comme à UCLA, la prestigieuse Université de Californie de Los Angeles.


Par ailleurs, une analyse ce CNN datant de février 2016 soulignait que le couple Clinton avait l'habitude de donner ce type de discours (très bien) rémunérés. La chaîne d'info en continu relevait pas moins de 729 conférences s'étalant de février 2001 jusqu'à mai 2015. Des discours qui s'évaluaient en moyenne à 210.000 dollars pour chacun d'entre eux. 

Aider Donald Trump ?

Et pourquoi pas ? La candidate battue, sortait de son silence mercredi, saluant la victoire de son rival Donald Trump et lui proposant son soutien dans cette nouvelle présidence. "La nuit dernière j'ai appelé Donald Trump et je lui ai proposé de travailler avec lui. J'espère qu'il va réussir en tant que président de tous les Américains", avait-elle déclaré. Autre raison d'y croire : après avoir été totalement innocentée par le FBI dans l'affaire des emails, difficile d'imaginer Clinton en prison (comme Trump le lui avait promis).


De même, l'ex-concurrent d'Hillary Clinton, Bernie Sanders propose également sa collaboration au nouveau président si celui-ci entend vraiment "améliorer la vie des familles de travailleurs". Pas sûr néanmoins que ces appels soient entendus par le républicain...

Lire aussi

Lire aussi

En vidéo

JT 20h – Donald Trump président : le jour d'après pour Obama et Clinton

Lire aussi

Et aussi

Lire et commenter