VIDEO – Ces moments-clés qui ont marqué l’histoire des débats américains

ANALYSE - Ce lundi, le premier débat télévisé entre Hillary Clinton et Donald Trump aura lieu (A suivre en direct sur LCI). Retour sur les quatre débats qui auront marqué l'histoire des élections américaines. Parfois, des petits détails ont tout changé.

Le premier des trois débats qui opposeront Hillary Clinton à Donald Trump est à suivre en direct sur LCI (canal 26) à 3h du matin dans la nuit du lundi 26 au mardi 27 septembre. 

Lundi 26 septembre, Hillary Clinton et Donald Trump s’affronteront pour la première fois lors d’un débat télévisé. Organisé à Hempstead dans l’Etat de New York, il sera un vrai premier test pour les deux candidats à la présidence. Il s’annonce difficile pour la démocrate face à l’imprévisible magnat républicain. A un mois de l’élection, il est certain qu’il sera déterminant pour le reste de la campagne.

Depuis 1960, certains débats télévisés ont eu des rôles décisifs dans la victoire ou la défaite des candidats. Nous avons donc décidé de compiler les quatre débats les plus marquants des 50 dernières années. 

JFK – Nixon : quelques gouttes de sueur ont suffi

Le 26 septembre 1960, le premier débat télévisé entre deux candidats à la présidentielle est diffusé aux Etats-Unis. Il sera regardé par plus de 70 millions d’Américains.


Opposé à Richard Nixon, John F. Kennedy, jeune, bronzé et détendu, semble extrêmement à l’aise face à la caméra. Conseillé par son ami le cinéaste Arthur Penn, il passera l’ensemble du débat à regarder droit dans la caméra et à donner des réponses très concises. Une méthode qui fonctionnera car les téléspectateurs le voient comme un personnage et digne de confiance.


À l’inverse, Richard Nixon semble patraque et mal à l’aise face aux caméras. Avant le débat, le candidat républicain était déjà paniqué. A 20 minutes du début, il fait repeindre le fond derrière les pupitres qu’il trouve inadéquat. Pendant le débat, Nixon ne semble pas capable de contrôler son stress et se met à transpirer à grosses gouttes. Il passe son temps à s’essuyer la lèvre supérieure. Cela relève du détail mais pourtant…


Le lendemain du débat, Nixon se fera étriller par la presse à cause de sa sueur, lui faisant ainsi perdre toute crédibilité. Quelques semaines plus tard, John F. Kennedy remportera l’élection présidentielle avec 49.7% des voix

Carter – Reagan : une phrase comme un coup de massue

En 1980, le président sortant Jimmy Carter débat avec Ronald Reagan, gouverneur de Californie. Les deux candidats  s’affrontent pour la première fois à seulement une semaine de l’élection, d’où son importance.

Lors de ce seul et unique débat, Jimmy Carter n’est pas à son aise. Il tente désespérément d’attaquer Richard Nixon sur son bilan de gouverneur de Californie mais il ne mord pas à l’hameçon. Bien au contraire, il se montre jovial, souriant et même moqueur face au président des États-Unis. 


Le long du débat, l’avantage tourne en faveur du Reagan mais c’est lors de son propos de fin qu’il met fin au rêve de réélection de Carter. Il commence en prononçant une phrase, qui restera gravé dans les mémoires : 

Etes-vous dans une meilleure situation aujourd’hui qu’il y a quatre ans ?Ronald Reagan

En une phrase, Richard Nixon a écrasé son adversaire en ramenant les téléspectateurs au bilan de son adversaire. Sa stratégie s’est montrée payante car il sera réélu avec 50.7% des voix.

Bush – Clinton –Perot : se montrer impatient, ce n’est pas prudent

Le 15 octobre 1992, le président Georges Bush, le démocrate Bill Clinton et l’indépendant Ross Perot débattent à Richmond en Virginie. Un débat télévisé avec trois candidats, c’est une première. Une configuration qui déplait fortement au président Bush, qui ne voit pas en Perrot un candidat sérieux.


Dès le début du débat, le président sortant semble tendu mais aussi dissipé. A plusieurs reprises, certaines questions posées par le public doivent lui être répétées. Pendant les prises de parole de ses adversaires, il semble ailleurs et c’est à ce moment-là qu’il va commettre une erreur qui lui coûtera sa réélection. Les caméras le filment à plusieurs reprises en train de regarder sa montre. Le public et les observateurs politiques prendront ce geste comme un signe d’impatience mais aussi de mépris envers eux. 


A l’inverse, Bill Clinton paraît beaucoup plus présidentiable. Il est à l’écoute des questions du public et se montre empathique lorsque des sujets sensibles sont abordés. Une stratégie qui fonctionnera beaucoup mieux que celle de son adversaire. Bill Clinton sera élu avec 43% des voix.

Obama-Romney : parfois un débat ne suffit pas

Candidat à sa propre réélection, Barack Obama accepte de débattre face à son adversaire républicain Mitt Romney à Détroit. Comme à son habitude, Obama paraît à l’aise voire même facile au début du débat mais c’est sans compter sur son tenace adversaire. En effet, Mitt Romney prend rapidement l’ascendant sur le président Obama. Il lui coupe la parole, le met face à ses propres contradictions et le pousse dans ses derniers retranchements. Le président apparaît faible et hésitant, il ne parvient pas à stopper son adversaire. Le président sort clairement perdant de ce premier débat mais rien n’est joué.


Le second débat entre les deux hommes tourne court. Tout du long, Obama écrase son adversaire. Beaucoup plus agressif et probablement revanchard, il met en avant les faiblesses de Romney sur la politique intérieure et étrangère. Il veut montrer qu’il est le chef de la première puissance au monde et ça marche ! Le côté combattant du président est remarqué par les américains qui le rééliront avec 51% des voix.


Le premier débat entre Hillary Clinton et Donald Trump sera-t-il marqué par un détail qui pourrait faire basculer l’élection ? Réponse la nuit prochaine.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter