Après avoir insulté la moitié des fans de Trump, Clinton s'excuse... à moitié

ÉLECTION AMÉRICAINE 2016
PRESQUE DEMI-TOUR - Lors d'un gala organisé par ses soutiens de la communauté LGBT, Hillary Clinton a mis la moitié des partisans de Donald Trump dans "le panier des pitoyables". Une sortie qui lui a valu un retour de bâton... et un léger rétro-pédalage

Insulter les partisans de son adversaire ? La technique est proscrite dans n'importe quelle campagne, sauf à vouloir augmenter ses chances de perdre. On ne voudrait pas se mettre à dos d'éventuels futurs électeurs... Mais Hillary Clinton l'a bien utilisée pour galvaniser ses troupes, plus opposées à Donald Trump qu'elles ne sont envoûtées par la candidate démocrate à l'élection présidentielle américaine.


Ainsi, vendredi 9 septembre à New York, lors d'une levée de fonds organisée par ses partisans LGBT, l'ancienne Première dame n'a pas mis de gants pour décrire les fans de son adversaire républicain : "Pour généraliser, en gros, vous pouvez placer la moitié des partisans de Trump dans ce que j'appelle le panier des pitoyables (basket of deplorables, en version originale, ndlr)."

Racistes, sexistes, homophobes, islamophobes. Vous pouvez choisirHillary Clinton

Et la candidate de détailler le peu de foi qu'elle donne à ces personnes : "Les racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes. Vous pouvez choisir." Une référence au succès retentissant du milliardaire à chaque fois que ses discours prennent des tours particulièrement insultants pour telle ou telle communauté. Mais aussi à la façon dont les sorties borderline du milliardaire sont reprises avec enthousiasmes par ses partisans. Il n'est ainsi pas rare, dans les meetings du candidat, de croiser des supporteurs portant des t-shirt "Je déteste le Mexique", "J'emm**** l'Islam". Ou d'afficher un racisme décomplexé avec un grand sourire :

Ou encore de se présenter avec une colère haineuse aux meetings de leur candidat, comme le démontre le montage ci-dessous du New York Times : "Construisez le mur" ; "On emm**** ces bouffeurs de haricots !" ; "Que l'Islam aille se faire voir"... Sans oublier les nombreuses sorties que ne renierait pas le Ku Klux Klan : Obama traité de "nègre", salut nazi, etc.

Lire aussi

Juste après, la candidate démocrate a pris soin de ne pas se mettre à dos l'autre moitié des électeurs de Trump : "Des personnes qui ont l'impression d'avoir été laissées tomber et qui recherchent du changement." Insuffisant pour que le camp Trump laisse passer pareille occasion, y compris le principal intéressé :

"Wow, Hillary Clinton a été tellement insultante à l'égard de mes supporteurs, des millions de gens travailleurs et formidables. Je pense que ça va lui coûter cher dans les sondages". Et d'enchaîner, trop content de sauter sur l'opportunité qui lui était offerte :

"Même si Hillary a dit des choses horribles sur mes partisans et même si une bonne partie de ses partisans ne voteront pour moi, je les respecte quand même tous!" 


"Exceptés les Afro-Américains, les musulmans, les Latinos, les immigrés, les femmes, les vétérans et les autres soi-disant 'perdants' ou 'débiles'", a aussitôt répondu sa rivale, toujours sur le réseau social.

Lire aussi

Je ne cesserai jamais de dénoncer le racisme et le sectarismeHillary Clinton

Echaudée par la polémique, voyant nombre de supporteurs de son adversaire lui reprocher sa véhémence, Hillary Clinton a fini par rétropédaler quelque peu dans un communiqué : "J'ai fait des généralités et ce n'est jamais une bonne idée. Je regrette d'avoir dit 'la moitié'." Avant de se reprendre, pour mieux s'en prendre à Trump : "Mais soyons honnêtes : ce qui est vraiment 'pitoyable' là-dedans, c'est le fait que Donald Trump ait engagé un avocat de l'extrême-droite pour gérer sa campagne et que les suprémacistes blancs le soutiennent. [...] Je ne cesserai jamais de dénoncer la rhétorique sectariste et raciste durant cette campagne."

VIDEO. En baisse dans les sondages, Hillary Clinton en pleine dans une zone de turbulences

En vidéo

PHOTO HEBDO. En baisse dans les sondages, Hillary Clinton en pleine dans une zone de turbulences

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter