Course à la Maison-Blanche : à quoi sert le vice-président américain ?

Course à la Maison-Blanche : à quoi sert le vice-président américain ?

ACOLYTES – Mike Pence et Tim Kaine, les colistiers de Donald Trump et Hillary Clinton, se sont affrontés mardi soir lors d'un débat à couteaux tirés. L’occasion pour les Américains de découvrir leur futur vice-président, un poste clé dans l’organigramme du pouvoir.

Les Américains ont découvert leur futur vice-président. Le gouverneur républicain de l’Indiana Mike Pence et le sénateur démocrate de Virginie Tim Kaine, respectivement colistiers de Donald Trump et d’Hillary Clinton, se sont affrontés mardi soir à Farmville lors d'un débat de 90 minutes intense et parfois houleux.

Toute l'info sur

Les débats Clinton-Trump

Lire aussi

    Pas spécialement connus du grand public, les deux hommes sont pourtant en lice pour un poste prépondérant en cas de victoire de leur poulain. De fait, l’un d’eux occupera la seconde place hiérarchique dans l’organigramme du pouvoir dès le mois de janvier prochain. 

    Considérée comme l'antichambre du bureau ovale de la Maison-Blanche, la vice-présidence a souvent servi de tremplin : quatorze candidats y étant passés sont en effet devenus chef de l'Etat.

    Président du Sénat et successeur direct du chef de l’Etat

    La Constitution confie au "VP" un rôle limité : elle stipule qu'il préside le Sénat mais n'y a pas de vote, sauf si les 100 sénateurs élus ne peuvent se départager. Son autre fonction est liée à des événements tragiques : remplacer le président s'il décède ou démissionne (Lyndon Johnson après l'assassinat de Kennedy, Gerald Ford après le départ de Nixon lié au Watergate...).

    C'est d’ailleurs parce qu'il peut devenir chef de l’Etat que le candidat à la vice-présidence doit répondre aux mêmes critères que son colistier : être citoyen américain né aux Etats-Unis, être âgé d'au moins 35 ans et avoir vécu dans le pays pendant au moins 14 ans.

    Un poste de plus en plus important

    Pendant longtemps, "le poste était une impasse politique complète", explique Joel Goldstein, professeur à la Saint-Louis University School of Law. Mais le rôle a évolué. "Avec la Guerre froide et l'entrée dans l'ère nucléaire, les présidents ont senti que les gens voulaient que le vice-président soit tenu véritablement informé au cas où il arrive quelque chose", précise l’universitaire. 

    Longtemps, le vice-président fut physiquement éloigné du pouvoir exécutif ; son bureau était au Sénat. Le tournant, sur le fond comme sur la forme, aura lieu avec la présidence de Jimmy Carter (1977-1981), qui fera une véritable place au sein de la prestigieuse "West Wing" (où se trouve le bureau ovale, ndlr) à Walter Mondale. Depuis, personne n'y a touché. Le VP a son bureau entre le secrétaire général et le conseiller à la sécurité nationale.

    Complément et "super-conseiller" du président

    Censé être le complément du candidat à la présidence, son rôle politique est également essentiel durant la campagne. Barack Obama s’était ainsi appuyé sur l’expérience de Joe Biden pour tempérer d’éventuels critiques quant à sa jeunesse (48 ans lors de son entrée en fonction, ndlr).

    Une fois au pouvoir, le vice-président agit aussi comme une sorte de "super-conseiller", faisant partie du premier cercle. Joe Biden, dont la complicité avec Barack Obama est réelle, est d’ailleurs monté en première ligne sur nombre de dossiers pendant huit ans. "Je suis littéralement le dernier à rester dans la pièce avec le président, c'est comme cela que nous fonctionnons", soulignait-t-il en 2012.

    Un saisissant contraste avec les propos tenus plus de deux siècles plus tôt par John Adams, premier vice-président de l'histoire des Etats-Unis, dans une lettre à sa femme Abigail : "Mon pays a, dans sa grande sagesse, conçu pour moi le poste le plus insignifiant jamais imaginé par l'homme".

    Lire aussi

      Lire aussi

        VIDEO. Trump et Clinton sont-ils des produits publicitaires comme les autres ?

        En vidéo

        Etats-Unis : Trump et Clinton, des produits publicitaires comme les autres ?

        Sur le même sujet

        Les articles les plus lus

        Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

        EN DIRECT - Covid-19 : pas de fêtes du Nouvel An à Rio de Janeiro

        Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

        Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

        Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

        Lire et commenter
        LE SAVIEZ-VOUS ?

        Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

        Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.