Ex-chef du Ku Klux Klan et fan de Trump, il va participer à un débat… dans une université noire

ÉLECTION AMÉRICAINE 2016

PLUS BLANC QUE BLANC - David Duke, ancien chef du Ku Klux Klan estime que ses supporters sont les mêmes que ceux de Donald Trump, candidat républicain aux élections américaines. Il candidate pour être élu sénateur pour la Louisiane.

Un ancien chef du Ku-Klux-Klan qui va débattre dans une célèbre université noire américaine… la scène promet d'être étrange. Aux Etats-Unis, David Duke, célèbre militant suprémaciste blanc fait campagne pour un siège de sénateur en Louisiane. Et il a réussi à avoir suffisamment de soutien, pour pouvoir participer à un débat télévisé, qui doit se tenir dans l’université noire de Dillard, à la Nouvelle-Orléans. la nouvelle est rapportée par The Independant, ce mardi.

L’an dernier, Duke, dont les débordements à conotation raciste et antisémite lui avaient valu d'être condamné, avait annoncé son intention de se présenter en tant que républicain pour représenter la Louisiane au Sénat aux Etats-Unis. Il disait avoir été inspiré par le succès de Donald Trump, candidat républicain aux présidentielles. Et s'était rappelé, ces derniers mois, au bon souvenir des observateurs de la politique américaine en appelant les électeurs soutenant le magnat de la finance à aussi se tourner vers lui, et ses idées.

Lire aussi

    Pour se qualifier pour ce débat, les candidats devaient recueillir au moins 5% dans un sondage effectué par un institut indépendant. Et David Duke est passé, tout juste, avec 5, 1%. Il doit faire face au républicain John Kennedy (24,2% des voix) et au démocrate Foster Campbell (18, 9%). Forcément, débattre dans un lieu symbolique du combat des Noirs pour les droits civiques ne pouvait le laisser indifférent. "Incroyable !" a-t-il réagi quand il l'a appris. "Dillard est favorable aux droits des Noirs et j’ai été plutôt critique de leurs positions."

    Les positions extrêmes de David Duke avaient placé Donald Trump en difficulté un peu plus tôt dans l’année, quand il a été trop lent à condamner son soutien, en prétendant (faussement) qu’il n’avait jamais entendu parler de lui. Alors que ses collègues républicains du coin avaient été beaucoup plus rapides à prendre leurs distances avec l’ancien chef du Ku Klux Klan.

    Pendant le week-end, l’Université Dillard a publié une déclaration disant que l'université n'apporterait son soutien à "aucun des candidats qui se présentera au débat". Quoi qu’il en soit, David Duke, lui, y croit. "Le climat de ce pays va dans mon sens, mon temps est venu", avait-il déclaré  en présentant sa candidature en juillet dernier. 

    Lire aussi

      En vidéo

      VIDEO. Etats-Unis : manifestation du Ku Klux Klan contre le retrait du drapeau confédéré

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter