Donald Trump au Mexique, une visite qui ne doit rien au hasard

DirectLCI
INTERNATIONAL - Donald Trump se rend mercredi au Mexique pour y rencontrer le président Enrique Peña Nieto. Une entrevue surprenante pour les deux hommes qui se sont affrontés à distance.

Opération séduction au Mexique pour Donald Trump. Le candidat républicain s’offre ce mercredi une visite express chez le président Enrique Peña Nieto. Un choix qui peut sembler surprenant, le milliardaire tapant à la moindre occasion sur son voisin depuis un an. Sauf que, à quelques semaines du vote des Américains, Donald Trump doit clarifier ses intentions.


Le républicain a construit sa campagne sur une promesse de fermeté absolue contre l'immigration clandestine, s'engageant à construire immédiatement un mur à la frontière sud et à expulser les 11 millions de sans-papiers. En majorité des mexicains, que Donald Trump a qualifié de « violeurs » et de « criminels ». Il affirme d'ailleurs que le Mexique paiera la facture du mur, ce que Enrique Peña Nieto a catégoriquement rejeté. Ce dernier n’est d’ailleurs pas en reste, lui qui avait comparé en mars Donald Trump à Adolf Hitler et Benito Mussolini. N’en jetez plus.


"Promouvoir les intérêts du Mexique dans le monde"

Si cette joute verbale a permis au magnat de l’immobilier de grimper dans les sondages, elle semble difficile à assumer à quelques semaines du duel dans les urnes face à Hillary Clinton. Un duel pour lequel il a notamment besoin de grignoter des intentions de votes de la part des électeurs hispaniques. D’où cette visite en terre mexicaine. 


Si elle semble orchestrée à la dernière minute, cette escapade est préparée en coulisses depuis plusieurs mois. En particulier par les autorités mexicaines : en avril, le chef de l’Etat a remplacé son ambassadeur mexicain à Washington par un diplomate expérimenté, Carlos Sada. La ministre mexicaine des affaires étrangères, Claudia Ruiz Massieu, a pour sa part multiplié les rencontres avec les journalistes aux Etats-Unis pour souligner les liens indéfectibles entre les deux pays. Notamment sur le plan économique, 80% des exportations mexicaines étant à destinations des Américains. 


En conséquence, on imagine la crainte avec laquelle Mexico a accueilli la proposition de Donald Trump de renégocier l’Alena, cet accord de libre-échange entre les deux pays. On comprend mieux pourquoi Enrique Peña Nieto a rangé sa hache de guerre mardi en confirmant via Twitter la visite de Donald Trump dans son pays : "Je crois au dialogue pour promouvoir les intérêts du Mexique dans le monde et, principalement, pour protéger les Mexicains, où qu’ils se trouvent".


Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter