Donald Trump élu, la Corée du Nord réaffirme vouloir être traitée comme un Etat nucléaire

ÉLECTION AMÉRICAINE 2016
POLITIQUE INTERNATIONALE - La Corée du Nord a appelé le futur président américain à la considérer comme un "Etat nucléaire" ce jeudi, affirmant qu'elle ne changerait pas de position, comme l’exige la communauté internationale.

L’élection de Donald Trump à la tête de la première puissance mondiale a fait réagir les dirigeants du monde entier. Si François Hollande et Theresa May restent sur la réserve, Vladimir Poutine et Kim Jong-Un, fervents opposants de Barack Obama, y voient eux, une opportunité de rapprochement. 


Donald Trump n’a jamais été d'une véritable constance dans la description de son projet concernant la Corée du Nord. S'il a déjà laissé entendre qu'il était ouvert à des négociations avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un, il avait aussi déclaré qu'il voulait faire pression sur la Chine pour "qu'elle élimine ce sale type". Maintenant qu'il est la Maison Blanche, cela change-t-il quelque chose pour le pouvoir nord-coréen ? Absolument pas : Pyongyang a réaffirmé ce jeudi sa position lors de l’élection du nouveau chef d’Etat américain et déclaré que ce dernier aurait à traiter avec un "Etat nucléaire".

Lire aussi

La Corée du Nord campe sur ses positions

"S'il y a quelque chose que le gouvernement Obama a fait [...], c'est de mettre en grave danger la sécurité du continent américain", écrit le journal du parti unique nord-coréen dans un éditorial. "Il lègue au nouveau gouvernement le fardeau de devoir faire face à l'Etat nucléaire du Juche", la doctrine idéologique nord-coréenne centrée sur la notion "d'autosuffisance", poursuit le Rodong Sinmun. 


En outre, si Washington s’est jusque-là montré inflexible sur le sujet, la Corée du Nord continue d’affirmer que "les espoirs américains" quant à "sa dénucléarisation sont une illusion dépassée". Et ceci, même si les dirigeants Kim Jong-Un et Donald Trump devaient se rencontrer.

Avec le nord ou le sud ?

Difficile d’affirmer la position officielle de Donald Trump face au conflit des deux Corée. S'il se dit prêt à recevoir le dictateur nord-coréen qui a réalisé cette année deux essais nucléaires et plus de 20 tirs de missiles balistiques, en violation de toutes les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, il a également assuré qu’il continuerait à protéger le sud. "Nous serons à 100% derrière vous", a-t-il déclaré dans un communiqué. "Nous serons constants et fermes dans les efforts que nous fournirons à vos côtés pour nous prémunir de l'instabilité nord-coréenne".


Et de se rappeler cette phrase prononcée avec force fanfaronnade en juin dernier : "Il y a 10 ou 20% de chances que je lui retire ses foutues armes nucléaires. Qui a envie que ce mec ait des armes nucléaires."

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter