Elections US : finalement, Ted Cruz annonce son soutien à Donald Trump

ÉLECTION AMÉRICAINE 2016
SANS RANCUNE - Après lui avoir refusé son soutien à la Convention républicaine fin juillet, le principal adversaire de Donald Trump lors de la course à l'investiture républicaine a indiqué qu'il voterait pour ce dernier lors de la présidentielle

"Après des mois de réflexion, de prière et d'introspection, j'ai décidé que, le Jour de l'Election (sic), je voterai pour le candidat républicain, Donald Trump". Ainsi s'est exprimé Ted Cruz, ancien candidat à l'investiture du Parti républicain pour l'élection présidentielle américaine, vendredi 23 septembre sur sa page Facebook.


Une phrase qui vaut son pesant d'or pour l'entourage de Donald Trump, qui doit déplorer depuis plusieurs mois de nombreuses défections parmi les ténors républicains, notamment celle du clan Bush  : George Bush Sr., Jeb Bush, candidat malheureux à la primaire républicaine, écrasé par la verve du milliardaire, l'ancien président George W. Bush (qui ne s'est toutefois pas prononcé pour Hillary Clinton) et encore d'anciens membres de l'administration Bush comme l'ancien secrétaire d'Etat adjoint Richard Armitage ou encore l'ancien secrétaire américain au Trésor Henry Paulson. 

Lire aussi

Cruz et Trump, deux clones qui se détestent

Jusqu'à ces derniers jours,  les pro-Trump pouvaient craindre que Ted Cruz continue lui aussi de figurer sur cette liste. Le sénateur texan, rude concurrent du magnat de l'immobilier lors de la primaire, n'avait eu de cesse d'invectiver ce dernier lors de primaires républicaines qui auront divisé le Grand Old Party (GOP) comme jamais. Le discours anti-migrant de Trump, face à un Ted Cruz certes pas des plus libéraux sur le sujet mais d'origine cubaine et canadienne, n'avait pas aidé, tout comme les menaces faites par l'un et l'autre de livrer des révélations sur leur femme respective. Dans une ambiance délétère, ces deux candidats aux programmes à peine différenciables avaient rapidement sorti la carte personnelle pour tenter de se désavantager l'un l'autre. 

VIDÉO - Quand les femmes de Trump et Cruz s'invitent dans la guerre républicaine

En vidéo

Primaires US : quand les femmes de Trump et Cruz s'invitent dans la guerre républicaine

Je n'aurais pas accepté son ralliement (juillet 2016) Je suis honoré par son soutien (septembre 2016)Trump à propos de Cruz

De Trump, Cruz avait ainsi dit, en mai dernier : "Il ne connaît pas la différence entre la vérité et les mensonges. Il ment pratiquement pour chaque mot qui sort de sa bouche. C'est une pathologie qui, je crois, ne figure pas dans la littérature psychiatrique. Il accuse tout le monde de mentir. Quoi qu'il fasse, il accuse les autres de le faire. Et en plus, il combine cette mythomanie avec du narcissisme. Le tout à un niveau qui, je crois, n'avait jamais été vu dans ce pays." Ambiance.

Mais sa flèche la plus acérée, Ted Cruz l'avait réservée pour la Convention républicaine de Cleveland. Le 20 juillet 2016, alors que les partisans de Trump s'échinent à rassembler le parti autour de leur champion, Ted Cruz s'avance pour soutenir le vainqueur de la primaire. Le discours s'étire, s'étire... et se termine, sans que ce dernier ne prononce une seule fois le nom de Donald Trump ni ne verbalise son soutien. Pas un problème pour "Le Donald", qui fanfaronnera devant les médias : "Je n'aurais pas accepté son ralliement". 


Deux mois plus tard, le discours a changé, comme l'annonce CNN : "Je suis honoré par le soutien du Sénateur Cruz. Nous nous sommes combattus et il a été un adversaire brillant et fort. Je suis impatient de travailler avec lui ces prochaines années pour rendre sa grandeur à l'Amérique".  Quant à savoir ce qui a justifié ce soutien, il faudra se contenter de supputations. Les éditorialistes américains ont vu ce retournement de veste comme inévitable. D'aucuns l'imaginent par exemple nommé à la Cour Suprême pour y défendre le Second amendement. D'autres, en revanche, y voient une manière de se préserver en vue d'une nouvelle course à l'investiture républicaine... en 2020. Difficile de croire, pour ces mêmes observateurs, à autre chose qu'une démarche opportuniste.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter