Etats-Unis : à J-17, Obama accuse Trump de "saper" la démocratie

DirectLCI
JOUR APRÈS JOUR - Petites phrases assassines, embellie dans les sondages, meetings ou image insolite… Jusqu'au vote des électeurs le 8 novembre prochain, LCI vous propose chaque matin un compte-rendu de la campagne américaine. Au menu de ce vendredi : la très vive attaque du président sortant contre le candidat républicain.

La phrase : "Gagner, c'est mieux. Mais quand vous perdez, vous félicitez votre adversaire (...) C'est comme cela que la démocratie fonctionne".

Barack Obama a accusé jeudi soir Donald Trump de "saper" la démocratie américaine, alors que le candidat républicain souffle le chaud et le froid sur la façon dont il accueillera le verdict des urnes le 8 novembre. La veille, il lui avait déjà demandé d"arrêter de pleurnicher".

Le fait du jour : Clinton et Trump se font rire… avant de reprendre leur duel

Donald Trump et Hillary Clinton se sont faire rire jeudi, le temps d'un dîner de gala. Assis chacun d'un côté du cardinal de New York, Timothy Dolan, les deux candidats sont montés tour à tour à la tribune lors de ce rendez-vous immuable du calendrier politique américain


Rare moment où il a montré qu’il était capable de rire de lui-même (ou presque), Donald Trump a évoqué l'épisode d'un plagiat terriblement embrassant pour sa campagne : lorsque se femme Melania a été accusée d'avoir copié un vieux discours de l'épouse de Barack Obama. "Michelle Obama fait un discours, et tout le monde l'adore. Ma femme Melania fait exactement le même et tout le monde lui tombe dessus. Je ne comprends pas...", a-t-il lancé, sous des applaudissements nourris. 


Plus à l'aise dans l'exercice, même si certaines de ses blagues sont tombées à plat, Hillary Clinton a multiplié les allusions aux critiques dont elle fait l'objet. "Vous avez de la chance, d’habitude je demande beaucoup d’argent pour ce genre de discours", a-t-elle lancé d'entrée, en référence aux sommes astronomiques qu'elle a exigées pendant des années.

En vidéo

VIDÉO - Le temps d'un gala, Trump et Clinton échangent des blagues

De son côté, la nature de Trump a repris le dessus dans les cinq dernières minutes. Après des boutades sur Wikileaks, le candidat républicain a commencé à distiller des attaques beaucoup plus vicieuses à l’égard d’Hillary Clinton, entraînant les huées des participants au gala. "Hillary est là ce soir et en public elle arrive à ne pas haïr les catholiques", a-t-il déclaré. Une phrase très sifflée et suivi des cris de participants lui disant "Vous êtes une blague !". 

En vidéo

VIDÉO - Trump longuement hué à la fin du dîner

Un Etat : l'Arizona

Dans la dernière ligne droite avant l'élection, Hillary Clinton se sent pousser des ailes. Pour preuve, les efforts qu'elle déploie pour ravir à Donald Trump l'Arizona, un bastion républicain. Elle y a dépêché ses meilleurs émissaires : jeudi, la très charismatique Michelle Obama a fait campagne à Phoenix, la capitale de l'Etat, y dénonçant la vision "complètement dénuée d'espoir" de Donald Trump. Mercredi, Chelsea Clinton, la fille de la candidate démocrate, était venue dans la ville voisine de Tempe. Et mardi, l'ancien rival Bernie Sanders s'est appliqué à mobiliser les énergies à Flagstaff.


Côté finances, deux millions de dollars vont y être investis en publicités télévisées, numériques et papier. L'enquête d'opinion la plus récente accorde cinq points d'avance à la démocrate (39% Clinton, 33,9% Trump, sondage Arizona Republic). Un électeur sur cinq affirme cependant ne pas avoir décidé pour qui il votera.

Un buzz : "Such a nasty woman"

L'expression "quelle teigne cette femme" décochée mercredi soir par Donald Trump à Hillary Clinton est devenue sur Internet un slogan, désormais viral pour dénoncer  une énième salve sexiste de l'homme d'affaires visé par des accusations d'agressions sexuelles. L'actrice et réalisatrice Lena Dunham a ainsi rapidement réagi sur Twitter, appelant à retwitter (RT) son message : "RT si vous êtes une teigne et que grâce à ça, la vie est vachement belle".  Très vite, de nombreux GIFs sont apparus et des T-shirts marqués de l'expression "Nasty Woman" ont été mis en vente sur internet. Le commentaire de Donald Trump a immédiatement rappelé à beaucoup la chanson "Nasty" de Janet Jackson. Si elle date de 1986, son nombre d'écoutes sur Spotify a bondi de 250% après le débat, selon les médias américains.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter