Etats-Unis : à J-5, Trump fait planer la menace d'une "Troisième Guerre mondiale" en cas de victoire de Clinton

ÉLECTION AMÉRICAINE 2016

JOUR APRÈS JOUR - Petites phrases assassines, embellie dans les sondages, meetings ou image insolite… Jusqu'au vote des électeurs le 8 novembre prochain, LCI vous propose chaque matin un compte-rendu de la campagne américaine. Au menu de ce jeudi notamment : les derniers propos-chocs de Donald Trump à quelques jours du scrutin.

Le fait du jour : à moins d’une semaine, les deux candidats lâchent plus que jamais leurs coups

Face au resserrement des sondages et dans la frénésie de la dernière ligne droite, les deux camps abandonnent toute nuance. Donald Trump a affirmé mercredi en Floride que l'élection de sa rivale risquerait de provoquer une "crise constitutionnelle sans précédent" et même une "Troisième Guerre mondiale". Longtemps à la peine dans les sondages, le milliardaire a retrouvé un second souffle depuis la relance vendredi de l'enquête du FBI sur les emails de son adversaire. "Nous allons gagner la Maison Blanche, on s'y croit déjà", a-t-il lancé lors d'un meeting en plein air à Pensacola, toujours en Floride. Puis, se parlant à lui-même à haute voix, d'un air joueur : "Doucement Donald, restons concentrés. On ne se laisse pas distraire Donald".

Lire aussi

    Attaquée sur sa probité depuis des mois, la candidate démocrate a, elle aussi, décidé de ne plus retenir ses coups face à un rival qui a "passé sa vie à dénigrer, dégrader, insulter et agresser les femmes". Pour frapper l'esprit des Américains, Hillary Clinton leur demande d'imaginer Donald Trump dans le Bureau ovale, en charge du bouton nucléaire. "Imaginez Donald Trump, le 20 janvier 2017, prêtant serment devant le Capitole", a-t-elle dit depuis Las Vegas, dans l'Ouest, après avoir rendu visite à des employés de casinos. L'ex-First lady n'évoque plus qu'en passant son programme. Ses meetings sont devenus des récitations des pires propos de Donald Trump sur les femmes, les immigrés, les musulmans...

    Un chiffre : 47

    Près de la moitié des citoyens du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord s'abstiendraient de voter à l'élection présidentielle américaine s'ils étaient sollicités, bien que Hillary Clinton ait les faveurs du monde arabe, selon un sondage publié jeudi. Au total, 47% des personnes interrogées ont déclaré qu'elles ne voteraient ni pour Hillary Clinton ni pour Donald Trump si on leur donnait la possibilité de participer au scrutin du 8 novembre, selon cette enquête réalisée par le quotidien saoudien Arab News et l'institut de recherche YouGov, basé en Grande-Bretagne.

    Une phrase : "Vous avez l'occasion d'écrire l'histoire. Et quand j'ai dit que le sort de la République était entre vos mains, je ne plaisantais pas"

    Barack Obama joue son va-tout. Dans l’un de ses derniers discours de la campagne à Chapel Hill, ville étudiante de Caroline du Nord, le président américain a tiré à boulets rouges contre Donald Trump, appelant sans détour les Américains à rejeter "la peur".

    Une vidéo :  à Scranton, berceau des Clinton, on votera Trump

    La colère contre la mondialisation fait basculer le vote ouvrier, traditionnellement à gauche. Dans la région sinistrée de Scranton (Pennsylvanie), le candidat républicain et populiste donne de l'espoir aux habitants et pourrait bien l'emporter. 

    En vidéo

    A Scranton, berceau des Clinton, on votera Trump

    En vidéo

    Elections présidentielles américaines : dernière ligne droite

    Et aussi

    Lire et commenter