Etats-Unis : à J-56, Hillary Clinton pourrait-elle être remplacée par Tim Kaine, son colistier ?

ÉLECTION AMÉRICAINE 2016
JOUR APRES JOUR – Petites phrases assassines, embellie dans les sondages, meetings ou image insolite… Jusqu'au vote des électeurs le 8 novembre prochain, LCI vous propose chaque matin un compte-rendu de la campagne américaine. Au menu ce lundi 12 septembre : la candidate démocrate, sous pression à cause de sa santé, va-t-elle être remplacée par son colistier ?

Un homme : Tim Kaine, potentiel remplacant d’Hillary Clinton ?

Et si la candidate démocrate était remplacée par son colistier ? A l’heure où Hillary Clinton est sous pression après son malaise dimanche à New York, l’hypothèse d’un retrait de la course à la Maison Blanche est envisagée. Tout dépend en réalité du calendrier : si la candidate venait à faire défection avant le vote du 8 novembre, la décision revient au Comité National Démocrate (CND).  Charge à lui de désigner son remplacant. Par contre si Hillary Clinton devait abandonner la Maison Blanche après son élection, Tim Kaine serait désigné, lui est pourtant resté longtemps éloigné des projecteurs.


Depuis son investiture fin juillet, ce sénateur de 58 ans relativement inconnu des Américains cherche en effet à peaufiner l’image d’un homme rasoir.  "Je suis ennuyeux", avait-il lui-même concédé en juin dernier. Mais il compense son manque de notoriété par un critère fondamental : l'expérience politique. Il a été maire de Richmond (1998-2001), gouverneur de Virginie (2006-2010), président du parti démocrate (2009-2011). Des mandats durant lesquels il a affuté sa politique : cet avocat de formation s’oppose à la peine de mort, et il est opposé personnellement à l’avortement, laissant aux femmes le libre-arbitre en la matière.

Vidéo ci-dessous : Après son malaise, la candidate démocrate a été contrainte d'annuler ses déplacements pour les deux jours à venir.

En vidéo

Atteinte d'une pneumonie, Hillary Clinton annule tous ses déplacements

Une phrase : "pour généraliser grossièrement, vous pouvez placer la moitié des partisans de (Donald) Trump dans le panier des pitoyables". 

L’insulte de trop ? Lors d'une soirée de levée de fonds vendredi soir à New York, devant les caméras de télévision, Hillary Clinton avait assuré que, "pour généraliser grossièrement, vous pouvez placer la moitié des partisans de (Donald) Trump dans le panier des pitoyables". "Les racistes, sexistes, homophobes, xénophobes, islamophobes. A vous de choisir". Face à la polémique nationale, cette-dernière a fini par s'excuser samedi, reconnaissant que "généraliser grossièrement n'est jamais une bonne idée".


Un sondage : un petit point d’écart…

Au coude à coude. Selon un sondage publié dimanche par le LA Times, Hillary Clinton recueillerait 45% des voix, son rival attirant 44% des électeurs. Des chiffres qui varient d’une étude à l’autre : le même jour, ABC News donnait 51% à Hillary Clinton et 43% à Donald Trump. 


Un Tweet : Hillary Clinton en grand forme (selon BHL)

A l’heure où la santé d’Hillary Clinton devient  un sujet de préoccupation, Bernard Henri-Levy, lui, se veut rassurant. Pour preuve : cette photo, non-datée, que le philosphe tout-terrain a exhumé sur Twitter.

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter