Etats-Unis : à J-34, la gaffe de Bill Clinton sur l'Obamacare plonge Hillary dans l’embarras

Etats-Unis : à J-34, la gaffe de Bill Clinton sur l'Obamacare plonge Hillary dans l’embarras

JOUR APRÈS JOUR – Petites phrases assassines, embellie dans les sondages, meetings ou image insolite… Jusqu'au vote des électeurs le 8 novembre prochain, LCI vous propose chaque matin un compte-rendu de la campagne américaine. Au menu de ce mercredi 5 octobre notamment : la gaffe de Bill Clinton sur le système de santé américain. Du pain béni pour le camp Trump.

Le fait du jour : la gaffe de Bill Clinton

Barack Obama a-t-il rendu "fou" le système de santé américain ? C’est l’avis que semble partager Bill Clinton, dont une phrase sur les dysfonctionnements et la complexité de la couverture maladie aux Etats-Unis a immédiatement été reprise avec gourmandise par les républicains. "Nous avons donc un système fou où 25 millions de personnes supplémentaires sont assurées, mais ceux qui se démènent et travaillent 60 heures par semaine finissent par payer deux fois plus qu'avant, avec une couverture divisée par deux", a expliqué Bill Clinton lors d'un meeting dans le Michigan. "C'est la chose la plus folle du monde".

L'ancien président a poursuivi son raisonnement en expliquant quels remèdes Hillary Clinton proposait. Mais Donald Trump et les républicains, qui tentent depuis six ans d'abroger la réforme de l'Obamacare de 2010, a préféré conserver le début de son intervention. "Il a dit que c'était la chose la plus folle du monde, c'est une citation exacte", a déclaré mardi Donald Trump depuis Prescott Valley, dans l'Arizona. "Je parie qu'il a dû passer une mauvaise soirée hier", a-t-il ajouté. "Mais honnêtement, il a passé beaucoup de mauvaises soirées avec Hillary".

Une petite phrase : "Il adore les dictateurs. Il a comme Mont Rushmore personnel Vladimir Poutine, Kim Jong-un, Mouammar Kadhafi et Saddam Hussein". 

Signée Tim Kaine, cette réplique cinglante illustre la tension qui a régné lors du débat entre le colistier de Hillary Clinton et Mike Pence, celui de Donald Trump. Un débat à couteaux tirés, où les deux hommes ont exposé leurs idées et leur vision contradictoires, dans ce qui était la première occasion pour des millions d'Américains de découvrir les deux candidats à la vice-présidence.

Toute l'info sur

Élection américaine : Trump vs Biden, la folle campagne

Lire aussi

    Une polémique : les White Stripes se reforment… contre Trump

    Le duo formé par Jack White et Meg White, rarement vus ensemble depuis la séparation du groupe en 2011, se sont retrouvés mardi pour dénoncer dans un communiqué commun une vidéo de Donald Trump. Et pour cause : celle-ci utilise une de leurs chansons en bande son. "Les White Stripes voudraient affirmer sans équivoque qu'ils n'ont rien à voir de près ou de loin avec cette vidéo. Ils sont dégoûtés par cette association et par l'utilisation illégale de leur chanson", ont-ils indiqué dans un rare communiqué commun. La vidéo, qui semble davantage être l'œuvre d'un militant pro-Trump que de son équipe de campagne elle-même, s'ouvre avec des images de pauvreté aux Etats-Unis et de réfugiés à l'étranger, avant que Donald Trump n'arrive triomphant, descendant de son avion privé.

    Lire aussi

      Un chiffre : 130.000

      C’est le nombre d’Américains qui ont commencé à voter. En effet, la plupart des Etats permettent de voter de façon anticipée, une tradition américaine. A 35 jours de l'élection, ce n'est pas encore la ruée. Selon le professeur Michael McDonald, spécialiste du vote anticipé à l'université de Floride, environ 130.000 électeurs ont déjà voté... sur plus de 130 millions d'électeurs attendus.

      En vidéo

      Comment Trump a évité de s'acquitter d'impôts pendant près de 20 ans ?

      Sur le même sujet

      Les articles les plus lus

      Macron et Biden promettent de restaurer la "confiance", abîmée par la crise des sous-marins

      EN DIRECT - Covid-19 : 59 décès en 24 heures, 1656 patients toujours en soins critiques

      Covid-19 : à moins d'un mois de sa mise en place, le déremboursement des tests vire au casse-tête

      Crise des sous-marins : la surprenante lettre envoyée par l'Australie à la France

      Critiqué pour sa participation à un débat face à Éric Zemmour, Jean-Luc Mélenchon se justifie

      Lire et commenter
      LE SAVIEZ-VOUS ?

      Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

      Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.