Etats-Unis : Donald Trump et Twitter, une folle histoire d’amour

Etats-Unis : Donald Trump et Twitter, une folle histoire d’amour

DECRYPTAGE - Donald Trump a trouvé sur Twitter une chambre de résonance idéale pour s'adresser directement à ses électeurs potentiels. Sauf que le candidat y multiplie les attaques à tout bout de champ. Au risque d'y perdre des plumes, à un mois du scrutin.

La stratégie du tweet permanent. Depuis son entrée en campagne à l’été 2015, Donald Trump a fait de Twitter un instrument incontournable de sa communication. Petite phrase et grosse bourde, commentaire acerbe et "tweet clash" : le républicain  aux 33.400 messages (contre 8.600 pour Hillary Clinton) n’épargne rien à ses 12 millions d’abonnés. Au risque de se tirer une balle dans le pied à l’approche du scrutin du 8 novembre ?

La dernière salve du candidat pourrait en effet lui coûter cher : Donald Trump est devenu le premier candidat à la Maison-Blanche à convier ses abonnés pour chercher et "vérifier une vidéo sexuelle" supposée. Dans son viseur : Alicia Machado, une ancienne Miss Univers devenue sa nouvelle bête noire après qu'Hillary Clinton eut rappelé lors du débat présidentiel qu'il l'avait à l'époque  traitée de "Miss Piggy" -la prétendante démocrate voulait ainsi illustrer ainsi le machisme de son adversaire. Depuis, la reine de beauté semble perturber Donald Trump même la nuit, puisque le tweet sur Alicia Machado a été publié à… 5h du matin. Une heure à laquelle le républicain semble incontrôlable. 

Vidéo ci-dessous  : Donald Trump reprend ses attaques contre une ex-Miss Univers

Toute l'info sur

Élection américaine : Trump vs Biden, la folle campagne

En vidéo

Donald Trump reprend ses attaques contre une ex-Miss Univers

"Il est son propre stratège"

C’est en tout cas la thèse d’un utilisateur de Stack Overflow, la première communauté en ligne de développeurs web. Après une étude de ses tweets, David Robinson s'est aperçu que les messages postés le soir et la nuit sur le compte officiel du candidat étaient souvent l'oeuvre de Donald Trump "himself". Dans le détail, le contenu, l’heure et les hashtags des  messages envoyés depuis un iPhone n’ont en effet rien à voir avec ceux d’Androïd. "Les tweets sous Androïd sont plus agressifs et négatifs alors que ceux publiés par un iPhone concernent l’annonce d’un meeting, des photos…", précise le développeur, qui rappelle – comme par hasard – que Donald Trump utilise… un Samsung Galaxy, sous Androïd.

"On peut supposer qu’il est son propre stratège en ce moment", nous explique Marie-Cécile Naves, auteure de Trump, l'onde de choc populiste (Ed. FYP). Pour cette sociologue et chercheuse associée à l’IRIS, le républicain, à la peine dans les sondages depuis le premier débat, tente de refaire son retour en ayant recours à sa recette préférée : "Sa stratégie ? Une communication compulsive et de la provocation. Cela montre peut-être l’essoufflement du phénomène Trump. Il est moins tacticien avec ses tweets, qui pourtant l’ont beaucoup servi. C’est désormais quitte ou double."

Un message sur huit avec une insulte

Une recette que Donald Trump maitrise à la perfection. En février dernier, le New York Times a analysé plus de 4.000 tweets de celui qui était à l’époque en course dans la primaire républicaine. Bilan, un message sur huit comporte une insulte ou une attaque. Ses cibles, elles, sont variées, oscillant entre des rivaux politiques et des médias en passant par des entreprises et des artistes.

Huit mois plus tard, sa politique 2.0 de la terre brûlée semble s’essouffler. Notamment car le candidat est désormais attendu sur le fond des dossiers, à un mois du scrutin. "J'espère vraiment que cela (ndlr : son premier débat) servira de coup de semonce", a lâché Newt Gingrich, proche soutien qui avertit que Donald Trump est son propre ennemi. Pas sûr qu’il infléchisse pourtant sa stratégie, selon Marie-Cécile Naves :  "Il devrait essayer de riposter au prochain débat (ndlr : programmé le dimanche 9 octobre, heure locale)  en revenant sur son terrain de prédilection : les attaques personnelles." Avant de tempérer : "Jusqu’au bout, même si cela s’avère de plus en plus difficile pour lui, il ne faut pas le donner perdant."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 10 millions de Français ont fait leur dose de rappel, selon Olivier Véran

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Norvège : une fête d'entreprise vire au probable foyer du variant Omicron, la moitié des convives infectés

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.