PHOTOS - New York : des post-it dans le métro pour digérer l'élection de Donald Trump

ÉLECTION AMÉRICAINE 2016

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

THÉRAPIE - Deux jours après l'élection de Donald Trump, des milliers de New-Yorkais expriment leurs sentiments, via de simples post-it collés dans le métro. Un exercice original de thérapie collective.
1/5 Des petits papiers multicolores s'ajoutent d'heure en heure sur les carreaux blancs du tunnel de la station de la ligne L, près de la grande place de Union Square, à Manhattan. L'opération a commencé mercredi 9 novembre, jour de l'élection de Donald Trump. 24 heures plus tard, il y en avait déjà près de 3000.

CATHERINE TRIOMPHE / AFP

2/5A l'origine de cette séance de thérapie collective, un jeune artiste new-yorkais, Matthew Chavez. Il avait commencé il y a neuf mois à s'installer périodiquement dans le métro muni d'une petite pancarte "Thérapie du métro", pour proposer aux New-Yorkais pressés de vider leur sac sur de petits bouts de papier.

CATHERINE TRIOMPHE / AFP

3/5Et puis l'élection de Donald Trump est arrivée, sidérant une ville qui a voté à une écrasante majorité pour Hillary Clinton. Alors, Matthew Chavez a installé une petite table, posé quelques blocs de post-it, et collé sur le mur les 15 premiers messages avec les lettres "E-X-P-R-E-S-S Y-O-U-R-S-E-L-F" (exprimez-vous).

DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

4/5"Je suis en colère" : c'est tout ce qu'a écrit Andrea Recarte, une New-Yorkaise de 33 ans d'origine chilienne, mais ça lui a fait du bien. "On a besoin d'exutoires sains, et l'art par écrit est le plus sain des exutoires", se félicite aussi Terena Bell, une chef d'entreprise originaire du Kentucky, qui elle a écrit : "Donald Trump, je prie pour toi".

Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

5/5"La plupart des messages (certains en langues étrangères) ont ce ton très positif", résume Matthew Chavez. "Ils touchent presque tous au sentiment de communauté, à l'entraide, à l'amour. [...] C'est très beau". Ce thérapeute en herbe prévoit de poursuivre l'expérience au moins jusqu'au samedi 12 novembre. Après, "on verra bien", dit-il, même s'il ferait volontiers "ce métier à plein temps".

DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Et aussi