Pour Donald Trump, les manifestations contre lui sont un "signe de notre démocratie"

Pour Donald Trump, les manifestations contre lui sont un "signe de notre démocratie"

PAS FACHÉ - Au lendemain d'une journée historique de mobilisation contre lui dans tout le pays, Donald Trump a réagi dimanche en assurant que ces rassemblements "pacifistes" sont le "signe de la démocratie".

Près de 2 millions d'Américains sont descendus dans les rues un peu partout aux Etats-Unis samedi au lendemain de l'investiture du nouveau président Donald Trump. Un mouvement de protestation jamais vu pour un président à peine élu.  Ce dimanche, les yeux du monde étaient donc rivés sur la première réaction du président américain. Et c'est évidemment de son compte Twitter que celle-ci est arrivée. Dans ce message publié dimanche 22 janvier vers 15h20 (heure de Paris), le nouveau président américain, assure que "les manifestations pacifistes sont un signe de notre démocratie". Et "reconnaît le droit de chacun d'exprimer ses opinions".

Toute l'info sur

L'investiture de Donald Trump

Rien qu'à Washington, samedi, environ 500.000 personnes ont participé à la Women's March selon les organisateurs, dont plusieurs stars comme Michael Moore ou encore Scarlett Johansson. D'autres villes américaines se sont également joint au mouvement, comme à Chicago, Boston et New-York notamment. Dans chacune d'entre-elle, le nombre de manifestants se compte également en centaines de milliers. A Paris, ils étaient entre 7 et 10.000.

Lire aussi

En vidéo

Manifestations anti-Trump : une marée rose déferle sur Washington

Lire aussi

Cette réponse du président a de quoi surprendre dans son style, tant Donald Trump a l'habitude des déclarations offensives et clivantes. Un peu plus tôt, il s'était dit surpris de voir cette mobilisation. "Il y a eu une élection. Pourquoi ces gens n'ont pas voté ? Les célébrités ont fait beaucoup de mal à leur cause", assure-t-il.

En vidéo

Les stars américaines se mobilisent contre Donald Trump

Au lendemain de son investiture, le président élu avait déjà montré un signe d'apaisement avec les services de renseignement. "Je vous aime, je vous respecte", avait-il dit devant la CIA samedi, alors qu'il avait comparé il y a quelques  jours leurs pratiques à celles de l'Allemagne nazie, et ce, au moment où Buzfeed révélait la présence d'un possible document compromettant entre les mains de la Russie. Dans celui-ci est détaillé de possibles frasques sexuelles de Donald Trump.

En revanche, il n'a pas hésité à accuser - une fois de plus - les médias de mentir et de "faire croire qu'(il) avait un problème avec la communauté du renseignement. C’est exactement le contraire". Les journalistes font partie "des êtres humains les plus malhonnêtes de la terre", explique-t-il. D'autant que selon lui, il y avait environ entre 1 et 1,5 millios de personnes présentes, le jour de son investiture. Ce qui est bien loin des 250.000 annoncés par les médias. Pourtant, les images sont très parlantes, et le métro avait enregistré 193.000 passagers sur son réseau lors de l'évènement. 

Lire aussi

En vidéo

JT WE - Etats-Unis : Donald Trump passe à l’offensive

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Zemmour multiplie les attaques contre Le Pen, qui réplique

Présidentielle 2022 : sur LCI, Marine Le Pen dénonce la "division" et les "propos outranciers" d'Éric Zemmour

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour remet en cause les limitations de vitesse et veut supprimer le permis à points

Éric Zemmour : immigration, retraite, natalité... ses arguments passés au crible

REVIVEZ - OM-PSG : malgré deux buts refusés et un carton rouge, Marseille et Paris se quittent dos à dos dans ce "Classique"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.