Présidentielle américaine : avant le deuxième débat face à Hillary Clinton, Donald Trump au bord du gouffre

SEUL - A quelques heures du deuxième débat entre Hillary Clinton et Donald Trump, diffusé en direct sur LCI à partir de 4 heures ce lundi, le candidat républicain parait plus isolé que jamais, au sein même de son parti.

Cette fois, la polémique semble avoir des conséquences directes. Depuis les révélations du Washington Post, qui publiait vendredi la vidéo de propos sexistes de Donald Trump datant de 2005, les réactions outrées se multiplient et les politiques de tous bords condamnent les déclarations du candidat. De nombreux Républicains ont annoncé retirer leur soutien au milliardaire, qui semble plus seul que jamais. 

Lâché par son parti

Jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, la nouvelle polémique Trump fait réagir. Joe Biden, vice-président des Etats-Unis, a qualifié les propos du candidat républicain d’"avilissants" et son comportement d’ "abus de pouvoir". "C’est de l’agression sexuelle", a condamné Joe Biden.

La sortie du vice-président démocrate pourrait être percue comme un soutien à Hillary Clinton dans une logique électoraliste.  Mais elle s’inscrit dans une vague de critiques émanant tout autant du parti républicain, preuve de l’indignation suscitée par Donald Trump.

Assez ! Donald Trump ne devrait pas être Président.Condoleeza Rice

Paul Ryan, John McCain, Condoleezza Rice,  Jeb Bush, Ted Cruz… Depuis vendredi, la liste des personnalités politiques du parti conservateur qui s’insurgent contre les déclarations du magnat de l’immobilier ne cesse de s'allonger, et nombreux sont ceux qui annoncent officiellement retirer leur soutien au candidat républicain.

Même son colistier Mike Pence, que certains aimeraient voir prendre le relais, s'est dit "outré" par les propos de Donald Trump. "En tant que mari et père, je suis offensé par les mots et les actions décrites par Donald Trump", a déclaré Mike Pence dans un communiqué.

Lire aussi

Conséquences

Donald Trump peut-il abandonner ? Samedi soir, le candidat républicain jurait "ne jamais arrêter, ne jamais décevoir les supporters", accusant une nouvelle fois les médias et l’establishment de vouloir sa peau.

Si les défections au sein de son parti ne devraient pas avoir de conséquences sur le financement de sa campagne, les soutiens s’amenuisent et les résultats électoraux pourraient s’avérer catastrophiques pour le parti républicain.


En plus des électorats hispanique, musulman et noir américain, le candidat repousse particulièrement les électrices. Comme en attestent les sondages compilés par Presidential Gender Watch, Trump est en permanence devancé par Hillary Clinton dans les intentions de vote des femmes. 


Et si le candidat républicain tente de changer son image, notamment grâce aux soutiens de sa femme Melania et de sa fille Ivanka, cette nouvelle affaire devrait accentuer le rejet de l’électorat féminin et profiter à Hillary Clinton.

Débat à risques

Mal en point lors du premier débat, considéré par beaucoup d’observateurs comme le perdant des joutes verbales, Donald Trump a promis d’être "plus agressif" lors du deuxième round. Distancé dans les sondages par la candidate démocrate, il devrait répéter ses excuses tout en multipliant les attaques, contre les médias, l’establishment… et Bill Clinton.

Lire aussi

Au lendemain des révélations du Washington Post, Donald Trump s’en était pris à l’ancien président américain et mari de l’actuelle candidate démocrate. "J’ai dit des choses bêtes mais il existe une différence entre les mots et les actes. Bill Clinton a réellement maltraité des femmes", avait-il assuré dans sa vidéo d’excuses.

Le candidat républicain s’est empressé de retweeter samedi la réaction de Juanita Broaddrick, la femme qui a accusé Bill Clinton d’agression sexuelle en 1999, qualifiant le comportement d’Hillary Clinton d’horrible.


 Pour ce qui est des propositions politiques et des projets de société, il faudra patienter.

Lire aussi

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les débats Clinton-Trump

Plus d'articles

Lire et commenter