Accusation d'agressions sexuelles, obscénités sexistes : la misogynie de Trump n'a (quasiment) rien changé

Accusation d'agressions sexuelles, obscénités sexistes : la misogynie de Trump n'a (quasiment) rien changé

STATISTIQUES ÉLECTORALES - Malgré ses nombreuses sorties sexistes et des accusations d'agressions sexuelles, Donald Trump a pu bénéficier du vote des femmes blanches pour remporter la présidentielle américaine. Une partie de la population qu'Hillary Clinton espérait pourtant rassembler de manière plus importante que d'habitude pour un candidat démocrate.

On ne compte plus les déclarations misogynes prononcées par Donald Trump. Propos dégradants et piques sexistes ont rythmé des mois de campagne présidentielle. Le pic avait été atteint  en octobre, après qu'une vidéo du milliardaire se gargarisant d'agresser sexuellement des femmes avait créé le scandale et amené plusieurs femmes à sortir de l'ombre pour accuser le magnat de l'immobilier d’attouchements sexuels.

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

Selon le profil-type des électeurs de chaque candidat révélé par CNN,  elles ont en effet voté en majorité pour Donald Trump face à  Hillary Clinton : 53% contre 43%. Un score qui n'est pas sans rappeler celui de Mitt Romney en 2012. Le candidat républicain avait alors obtenu 56% auprès de l'électorat blanc féminin, contre 42% pour Barack Obama. Ces scores sont plutôt classiques pour les représentants du parti de l'éléphant. 

Lire aussi

    53% à 43%

    Mais cette année, face aux multiples scandales et sorties sexistes de Donald Trump, l'ancienne secrétaire d'Etat espérait justement faire pencher la balance en sa faveur chez ces femmes blanches. La candidate démocrate n'a finalement pas su rassembler cet électorat, qui lui était pourtant nécessaire pour s'installer à la Maison-Blanche. Autre chiffre surprenant : les femmes titulaires d'un diplôme universitaire n'ont voté pour Clinton qu'à 51%, contre... 45% pour Trump.

    Sur l'ensemble des femmes, Hillary Clinton sort en tête (54% contre 42%), mais avec un écart bien moindre que celui attendu (certains sondages la donnaient gagnante avec plus de 20 points d'avance). Un écart que l'on comprend en regardant de près le détail des statistiques ethniques (autorisées aux Etats-Unis, contrairement à la  France, ndlr). Sans surprise, l'ex-First lady a ainsi séduit les électrices afro-américaines et hispaniques avec des scores atteignant respectivement 94% et 68% des votes.

    Lire aussi

      En vidéo

      JT 13H - De businessman à président, qui est Donald Trump ?

      Sur le même sujet

      Les articles les plus lus

      EN DIRECT - Covid-19 : Novavax revendique un vaccin efficace à plus de 90%, même contre les variants

      VIDÉO - Mila dans Sept à Huit : "Peut-être que je serai morte dans cinq ans"

      Qui est Naftali Bennett, le nouveau Premier ministre israélien ?

      VIDÉO - "C'est un montage contre moi" : Mélenchon réplique aux accusations de complotisme

      Parcoursup : pourquoi des élèves aux notes excellentes ne trouvent pas de formation

      Lire et commenter
      LE SAVIEZ-VOUS ?

      Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

      Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.