Donald Trump, le roi de la rumeur

COMPLOTISME - Après avoir passé huit ans à assurer que Barack Obama n'était pas né sur le sol américain, Donald Trump a finalement admis... que c'était faux. Un complot de moins pour le milliardaire, qui en a toutefois encore en réserve.

Le candidat républicain à l'élection américaine Donald Trump a reconnu ce vendredi - après huit ans à ne pas démordre du contraire - que le certificat de santé de Barack Obama n’est pas un faux. "Le président Barack Obama est né aux Etats-Unis, point final", a-t-il déclaré pour clore une polémique qu'il avait lui-même alimentée. Une parmi tant d'autres, qui nous mènent du 11-Septembre jusqu'à l'implication indirecte du même Obama dans la tuerie d'Orlando, en juin dernier.

1. Obama n’est pas né aux Etats-Unis, ou le complot nativiste

Faute avouée à moitié pardonnée ? Il n’en reste pas moins que depuis la campagne de la présidentielle 2008, Donald Trump a assuré à qui voulait l’entendre que Barack Obama n'était pas né à Hawaï, menaçant de dévoiler des preuves accablantes. Au printemps 2011, Obama était allé jusqu’à publier son acte intégral de naissance pour faire taire les rumeurs complotistes. Insuffisant pour l’homme d’affaires qui, plus d'un an plus tard et jusqu'à ce 16 septembre, continua d'interroger l'authenticité du document.

L’affaire avait pris une dimension nationale. Selon des sondages, en 2011, 45% des sympathisants républicains croyaient aux allégations de Trump sur la nationalité du président. 

Lire aussi

2. La mauvaise santé d’Hillary Clinton, ou le procès en inéligibilité


Les piques sur l’état de santé de sa rivale de 68 ans se sont élevées en août au rang de thème de campagne. Avant de lui souhaiter un bon rétablissement après son malaise du 11 septembre causé par une pneumonie, Donald Trump et son équipe - dont Rudy Giuliani ou sa porte-parole de campagne, Katrina Pierson - avaient largement propagé des rumeurs sur son état de santé, insistant sur le fait qu’elle était, selon eux, en permanence fatiguée. Les réseaux sociaux et la presse s’en étaient donné à cœur joie, lui attribuant des pathologies allant de l’alcoolisme au cancer généralisé.   

Lire aussi

VIDÉO - Trump dévoile son bulletin de santé à la télévision

En vidéo

Santé d'Hillary Clinton : Trump dévoile son bulletin de santé

3. Obama responsable de la tuerie d’Orlando pour avoir refusé de parler d’islamisme

En juin, le républicain avait appelé Obama à démissionner, l’accusant de n'avoir pas prononcé les mots "islam radical" dans sa déclaration en réponse à la tuerie d'Orlando en Floride, qui venait de faire 49 morts. "Parce que nos dirigeants sont faibles, j'ai dit que cela allait arriver, et cela ne va qu'empirer", avait entre autres déclaré Donald Trump, qui avait également fait de lourds sous-entendus quant au fait qu'Obama devait savoir que l'auteur de la tuerie allait passer à l'acte : "Il y a quelque chose qui se passe. C'est inconcevable." ; "Il ne comprend pas ou il comprend mieux que tout le monde. D'une manière ou d'une autre, c'est inacceptable".

Lire aussi

4. La joie des musulmans après le 11 Septembre


En novembre 2015, Donald Trump avait assuré avoir vu des images montrant des musulmans américains, notamment dans le New Jersey, fêtant les attentats : "J'ai vu des milliers de musulmans acclamer l'effondrement du World Trade Center", racontait-il, quelques jours après les attentats du 13 novembre. Là encore, face au déchaînement de la Toile, la police et autres intéressés avaient dû démentir.

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La candidature de Hillary Clinton

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter