41 % des électeurs ne savent toujours pas pour qui voter : les indécis détiennent-ils les clés de l'Élysée ?

DirectLCI
SUSPENSE - Convaincre les électeurs indécis et les abstentionnistes sera sans doute pour les candidats, la clé de la victoire. A moins de deux semaines du premier tour de la présidentielle, jamais les Français n’ont été aussi indécis. Tout est donc encore possible dans cette dernière ligne droite.

Onze candidats, des primaires à droite puis à gauche, plusieurs débats télévisés à fortes audiences et pourtant sur les 47 millions d’électeurs que compte la France, 41 % n’ont toujours pas choisi pour qui voter le 23 avril prochain selon une enquête publiée le 20 mars par le Centre de recherches politiques de Sciences-po (Cevipof). A douze jours du premier tour, la situation est tout simplement inédite. 

Pourquoi tant d'incertitudes ?

Les Français se sont massivement inscrits sur les listes électorales, pourtant les sondages prévoient une abstention historique le 23 avril et 7 mai prochain. Une grosse tendance se dégage malgré la volatilité des électeurs : sur les onze candidats, quatre sont en mesure de se qualifier pour le second tour selon les derniers sondages : Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon.


Mais pour expliquer le comportement indécis et abstentionniste des nombreux électeurs, cinq raisons sont avancées :

- Un (trop) grand choix de candidats à la présidentielle, onze, qui ne facilite pas la prise de décision chez les électeurs français.

- L’affaire Fillon qui rebat les cartes chez les électeurs de la droite, l'ancien Premier ministre était donné favori de cette présidentielle avant ses déboires judiciaires.

- Les divisions à gauche et la chute dans les sondages de Benoit Hamon, laché par certains socialistes pour Macron.

- L'émergence de ce dernier avec son mouvement En Marche ! qui casse le traditionnel clivage gauche-droite.

- Et enfin la confirmation de candidats anti-système comme Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon qui séduisent de plus en plus de Français.

Un risque d'abstention record

En vidéo

Présidentielle : à Forbach, la tentation de l’abstention toujours bien présente

Autre information à retenir des derniers sondages, l'abstention, estimée à 38 % dans une dernière étude Ifop-Fiducial, pourrait également peser. Elle s’évaluait aux alentours de 30 % début mars. Si habituellement la présidentielle est l’élection pour laquelle les Français se mobilisent le plus, cette année la participation risque d’être historiquement faible.


Indécision et abstention seront donc les clés de ce scrutin. D'eux pourrait dépendre l'ordre d'arrivée des candidats au premier tour de l'élection présidentielle. Les cinq favoris l'ont bien compris et vont tenter d'aller chercher jusqu'au bout, les électeurs dans la dernière ligne droite de cette campagne présidentielle mouvementée.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter