60 ans du Traité de Rome : Hollande met au défi les candidats pro-Frexit de prouver que "ce serait mieux"

DirectLCI
EUROPE - Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, François Asselineau… ces candidats à la présidentielle sont partisans d’une sortie de la France de l’Union européenne. Ce samedi, François Hollande les a mis au défi de démontrer en quoi un Frexit serait une solution viable pour le pays.

Il a voulu adresser un message aux candidats eurosceptiques. Et à leurs partisans. A l’occasion du 60e anniversaire du traité de Rome, François Hollande a participé ce samedi à un sommet dans la Ville éternelle, où il a signé une déclaration réaffirmant l'engagement européen des 27,  sans le Royaume-Uni. 


En conférence de presse, le président a mis au défi les candidats à la présidentielle française, partisans  d'une sortie de l’UE, de "démontrer aux Français que "ce serait mieux" en dehors de l'UE, alors que c'est "impossible". 


Selon lui, il est en effet impossible de démontrer "que l'on pourrait lutter contre le terrorisme sans la coordination indispensable au plan européen, que l'on pourrait protéger nos frontières sans avoir de garde-côtes qui puissent le faire là où il y a des arrivées de migrants et de réfugiés, (…) que sans la monnaie unique, sans le grand marché il y aurait plus d'emplois,  plus d'activités, un meilleur pouvoir d'achat", a-t-il lancé.

L’Europe a avancéFrançois Hollande

Et le chef de l’Etat de justifier son propos : "Le retour à une monnaie nationale entraînerait une  dévaluation et une perte de pouvoir d'achat, la fermeture des frontières  entraînerait des pertes d'emplois (…)". Quant au nationalisme, "il entraînerait la résurgence des conflits", a-t-il souligné avant de défendre l'action européenne de son quinquennat.


"J'ai mené pendant cinq ans une politique qui faisait que l'Europe devait changer et elle a changé, que l'Europe devait avancer et elle a avancé, qu'elle devait garder la  Grèce dans la zone euro, être capable de relancer l'économie par un plan  d'investissements". A présent, l'Europe doit "avancer encore plus vite", a-t-il conclu.


Pour mémoire, le traité de Rome a été signé le 25 mars 1957 entre la France, l'Allemagne fédérale, l'Italie, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg. Il est composé en réalité de deux traités instituant la Communauté européenne de l’énergie atomique et la Communauté économique européenne (voir notre vidéo ci-dessus). 

En vidéo

Marine Le Pen : "Elu , j'annoncerai la tenue d'un référendum dans les six mois sur le maintien ou la sortie de l'UE"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter