A Ajaccio, Alain Juppé vante la diversité et promet plus d'autonomie aux Corses

VOUS ÊTES SINGULIERS - Ce mercredi soir à Ajaccio, Alain Juppé s'est livré à une opération séduction au deuxième jour de son déplacement en Corse. Le candidat à la primaire à droite a promis une loi pour renforcer l'autonomie de l'île et propose de renforcer les dérogations fiscales.

Il a réservé deux jours de sa campagne à la Corse. Alain Juppé, candidat à la primaire à droite, a clos son déplacement par un meeting à Ajaccio, ce mercredi soir, sous le signe de la "diversité" et du respect de l'identité corse. Une véritable opération séduction au cours de laquelle l'ex-Premier ministre, initiateur il y a vingt ans de "zones franches" sur l'île de Beauté pour accélérer son développement, a promis à nouveau d'instaurer des aménagements fiscaux, s'il devait être élu en mai 2017, pour permettre à ce territoire d'assurer son développement économique. Le maire de Bordeaux s'est également dit favorable au maintien de dérogations fiscales existantes au bénéfice de la Corse, notamment sur les successions ou la viticulture. 


Au delà de la fiscalité, Alain Juppé a confirmé vouloir légiférer rapidement, s'il est élu, sur un nouveau statut pour l'île, tout en temporisant sur la mise en oeuvre, en janvier 2018, de la réforme territoriale (loi Notre) qui prévoit l'unification du territoire dans une seule collectivité.

Je suis favorable à ce que cette collectivité bénéficie de davantage d’autonomieAlain Juppé

En défenseur de la décentralisation, le favori de la droite s'est attaqué à ceux qui voudraient "gommer" les différences. "Longtemps la République a cru qu'elle serait plus forte en uniformisant et en gommant ses différences. Je ne fais pas partie de cette vision de la France." 

Lire aussi

L'unité ne doit pas empêcher la diversitéAlain Juppé

Enfin, Alain Juppé est allé un peu plus loin, en vantant "une culture corse ancienne, ancrée dans les valeurs du christianisme, dans le respect de la laïcité". Pour le candidat à la primaire, au nom de "la diversité linguistique", "la langue corse doit pouvoir être enseignée dans les écoles de la République comme une langue vivante". 


Lors de sa visite en juillet, Nicolas Sarkozy avait lui aussi chanté les louanges de "la spécificité corse", se disant sensible au fait "que la langue corse ne veuille pas mourir". Bref, il est loin, le temps où, élu à la présidence de l'Assemblée de Corse, l'indépendantiste Jean-Guy Talamoni suscitait en décembre 2015 l'ire d'une partie de la classe politique, dont celle d'Alain Juppé, en tenant son discours d'investiture en corse. En période d'élection présidentielle, c'est l'apaisement qui prévaut.

Lire aussi

VIDÉO - Contrats aidés, apprentissage, formation, pour la Cour des comptes, les aides pour l'insertion des jeunes sont insuffisantes

En vidéo

Contrats aidés, apprentissage, formation, pour la Cour des comptes, les aides pour l'insertion des jeunes sont insuffisantes

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Lire et commenter