A Ivry-sur-Seine, priorité au logement

A Ivry-sur-Seine, priorité au logement

DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - A Ivry-sur-Seine, ville communiste depuis 1925, la campagne oppose Pierre Gosnat, maire sortant, à Sandrine Bernard, candidate socialiste et Régis Leclercq, qui représente la droite et le centre. Dans une campagne où le PCF est de nouveau ultra-favori, la question du logement s'impose comme enjeu principal.

> Logement : une ville très portée sur le logement social

Le maire Pierre Gosnat a annoncé sa volonté de mettre en place une commission tripartite pour décider de l'attribution des logements sociaux de la ville. Il prévoit également la mise en chantier de logements adaptés spécialement aux personnes âgées.

Dans le camp socialiste on prévoit de figer le taux de logements sociaux à 38% afin de "respecter le principe de mixité sociale dans les quartiers" et "ne pas alourdir le budget social de la ville".

La droite affiche sa volonté de "faire revenir les classes moyennes" à Ivry. Selon Régis Leclercq, le chiffre officiel de 38% de logements sociaux est ben en deçà de la réalité. Et le candidat UMP-UDI s’oppose "catégoriquement" à l’ambition de la mairie communiste de parvenir à "60% de logements sociaux". Il souhaite arriver à une répartition de l’ordre de 1/3 de propriétaires, 1/3 de locataires, 1/3 de logements sociaux.

Régis Leclercq met également en avant sa volonté d’assurer "la transparence des attributions de logements sociaux", alors que certains accusent la mairie d’attribuer en priorité les logements aux proches du Parti communiste.

> Fiscalité : la droite tire sur l'augmentation des impôts

Feu sur les impôts à droite. Régis Leclercq (UMP-UDI) veut mettre fin à l’augmentation de la pression fiscale, constante depuis que Pierre Gosnat (PCF) est aux commandes. Il dénonce une mauvaise utilisation des moyens financiers d’Ivry, "deuxième ville la plus riche du Val-de-Marne après Rungis" et dont "le budget par habitant est de 60% supérieur à celui de Vincennes". Des moyens qui, selon lui, ne se retrouvent pas dans les services d’Ivry.

Régis Leclercq compte également réduire le personnel municipal, trop important selon lui et qui constitue une dépense exagérée.

De son côté, le Parti socialiste s'engage à "ne pas augmenter les impôts locaux au cours du prochain mandat". Cependant, Sandrine Bernard, candidate socialiste, souhaite "développer et améliorer" les services publics et appelle à "mieux maîtriser les dépenses" et à "assainir les comptes municipaux".

> Sécurité : police municipale contre police nationale

Le candidat de droite veut mettre en place une police municipale, "pas uniquement pour faire de la répression mais aussi de la prévention, inciter à la civilité", nuance-t-il. Il dénonce également les problèmes liés aux "campements sauvages" (les campements de Roms), ainsi que le trafic de drogue dans certaines cités "qui ont grandement besoin d’être rénovées" comme Gagarine, Truillot ou encore Jeanne Hachette.

Pierre Gosnat, de son côté, compte plutôt sur "une police nationale de proximité ayant une relation réinventée avec la population". Le maire actuel souhaite également "imaginer de nouveaux outils impliquant les habitants".

> Cadre de vie : un écoquartier et plus d'espaces verts

Régis Leclercq mise sur l’environnement, il souhaite créer plus d’espaces verts et veut entreprendre des travaux de voirie plus ambitieux que ceux de la mairie actuelle pour qui "rénover une rue signifie reboucher les nids-de-poule".

La liste communiste, elle, met l'accent sur les transports. Elle a annoncé vouloir augmenter la fréquence des RER (sur laquelle elle n'est pas décisionnaire, ndlr) et assurer la mise en chantier de la prolongation de la ligne 10 jusqu'à la place Gambetta. L'amélioration des conditions de circulation des vélos est également au programme. Du côté du PS, les propositions sont légion pour embellir le quotidien des Ivryens. L'accent est mis sur l'écologie.

Pour sa part, Sandrine Bernard (PS) souhaite voir Ivry Confluences, projet immobilier colossal, devenir un "écoquartier". Et elle souhaite redonner au Plateau, quartier bientôt desservi par un tramway, un nouveau visage en créant "des espaces à vivre, espaces commerçants, espaces verts et des parcs pour enfants". 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter