A Lyon, Gérard Collomb et Michel Havard boudent toujours les débats

A Lyon, Gérard Collomb et Michel Havard boudent toujours les débats

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
POLITIQUE – Les deux principaux candidats jouent à cache-cache depuis le début de la campagne. Ce vendredi, un nouveau rendez-vous n’a, une fois de plus, pas été honoré de leurs présences respectives.

Lyon, le samedi 11 janvier. La préfecture du Rhône sert de décor à l’émission de France 3 "La voix est libre" . Un débat entre Gérard Collomb et Michel Havard est prévu, mais le maire de Lyon sortant, pas encore officiellement candidat à sa propre succession, décline l’invitation de la chaîne de télévision. Une absence que "regrette" Michel Havard. "C’est un manque de respect, pour les Lyonnais, pour la presse", lâche alors le candidat UMP-UDI à la mairie de Lyon, qui finalement débattra de la future Métropole avec… Jean-Paul Bret, le maire PS de Villeurbanne.

Le 19 février dernier, c’est la chaîne de télévision locale TLM qui organise un débat entre les six candidats tête de liste à Lyon. Tous répondent présents sauf… Gérard Collomb et Michel Havard. Officiellement, les deux hommes n’ont pas pu assister à l’enregistrement de l'émission en raison de l’inauguration du prolongement du tramway T1 entre la Confluence et Debourg .

Enfin, ce vendredi, c’est la radio Lyon Première qui organisait un débat. Là aussi, Gérard Collomb et Michel Havard ont préféré se faire représenter, respectivement par David Kimelfeld (maire du IVème arrondissement et proche du maire) et Emmanuel Hamelin (conseiller municipal UMP et porte-parole de Michel Havard).

Les explications divergent

Interrogé par metronews sur les raisons de l’absence de Gérard Collomb au débat, David Kimelfeld rétorque que "ce n’est pas encore le moment" pour le maire d’affronter directement ses adversaires. "Je ne suis pas sûr que cela passionne les Lyonnais, même si cela fait partie de la tradition", ajoute Georges Képénékian, adjoint à la Culture fortement impliqué dans la campagne.

Du côté de l’UMP, les versions divergent. Le directeur de campagne de Michel Havard affirme que si son candidat n’était pas présent au débat radiophonique, c’est en raison de la venue ce vendredi à Lyon de Bruno Le Maire. "Nous avons été prévenus de ce débat il y a une semaine seulement. La visite de Bruno Le Maire était quant à elle prévue depuis un mois, confie-t-il. Ça n’a rien à voir avec la présence ou non de Gérard Collomb."

Emmanuel Hamelin, lui, avance une autre explication. "Si Collomb avait accepté le débat, Michel y serait allé, assure-t-il. Que le candidat UMP débatte avec David Kimelfeld, ça n’aurait eu aucun sens." Mais au milieu de ce jeu du chat et de la souris, les électeurs lyonnais devraient quand même avoir droit à un débat entre les six têtes de listes. Celui-ci aura sans doute lieu sur France 3 quelques jours seulement avant le 23 mars, date du premier tour de l’élection.

 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter