A Metz, Nathalie Griesbeck en rupture de centre

A Metz, Nathalie Griesbeck en rupture de centre

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES - La centriste Nathalie Griesbeck s'est ralliée à l'UMP Marie Jo Zimmerman pour les élections municipales. Retour sur le destin de la trajectoire politique de l'ex première adjointe de Jean-Marie Rausch.

Nathalie Griesbeck, professeur de droit public à l’université, devait être un jour la première femme maire de Metz. C’était écrit. Jean-Marie Rausch, l’avait adoubée en faisant d’elle sa première adjointe, chargée notamment des affaires économiques. Et puis tout s’est déréglé. La trajectoire toute tracée, autant qu’elle puisse l’être en politique, s’est effondrée. Nathalie Griesbeck a été coupable d’impatience et a brandi le renouvellement générationnel quand Jean-Marie Rausch a souhaité repartir. L’affront ne lui a pas été pardonné. L’ héritière en disgrâce a tracé sa propre route politique. Centriste dans l’âme, le Modem sera le point d’attache. Aux municipales de 2008, sa liste emporte 14,69 % des suffrages au 1er tour. Elle n’appelle pas à voter Jean-Marie Rausch, loin devant avec 24 %. Pire, elle se rallie à l’UMP Marie-Jo Zimmermann, ennemie jurée et provoque la défaite de son ancien mentor.

Nathalie Griesbeck conseillère générale de Moselle depuis 1988 et députée européenne depuis 2004 d’exister sur la scène locale. Pas facile, tant les problématiques européennes sont loin des préoccupations au jour le jour des Messins. En 2014, son rapport à la ville a changé. Elle dit un temps envisager une candidature, mais elle bien sent que le lien de proximité s’est distendu. Elle se rallie donc une nouvelle fois à Marie-Jo Zimmerman  .

Une marge de manœuvre étroite

Son choix provoque l’explosion du Modem, dont plusieurs membres éminents rallient Dominique Gros, dont Raphaël Pitti, médecin urgentiste charismatique dont l’action sanitaire en Syrie est exemplaire. Par ailleurs Nathalie Griesbeck ne sera plus tête de liste Modem aux Européennes pour le Grand Est. La place est dévolue à Jean-Marie Cavada. Des voix alsaciennes se sont déjà levées pour revendiquer la deuxième place.

Nathalie Griesbeck mène une campagne loyale dans les quartiers de Metz pour la candidate UMP qu’elle a longtemps combattue autrefois au conseil municipal et aux élections cantonales. Sa marge de manœuvre est étroite. Marie Jo Zimmermann à droite et l’UDI Nathalie Colin-Oesterlé au centre n’ont pas l’intention de lui laisser trop d’espace..

Lire et commenter