À Paris, l'alliance UMP-centre est en marche... sauf dans le 20e arrondissement

À Paris, l'alliance UMP-centre est en marche... sauf dans le 20e arrondissement

DirectLCI
MUNICIPALES – Nathalie Kosciusko-Morizet, accompagnée de ses alliés centristes (UDI et Modem) a présenté ce mercredi 1er janvier les principales personnalités chargées de mener le combat dans les différents arrondissements de Paris. Seule exception : le 20e arrondissement, où les partis pourront faire liste séparée si aucun accord n'est trouvé..

Nathalie Kosciusko-Morizet ne perd pas de temps. À peine le réveillon digéré, elle plonge à nouveau dans la campagne municipale. Ce mercredi 1er janvier, elle publie donc la liste des personnalités qui vont mener la bataille à ses côtés dans les différents arrondissements de Paris. Les noms viennent à la fois de l'UMP, mais aussi du Modem et de l'UDI, conformément à l'alliance conclue entre les trois partis.

Une manière de montrer, qu' après plusieurs mois de polémiques avec ses alliés du centre, l'équipe est désormais en ordre de marche pour la rentrée. "On veut en finir avec les discussions de personnes pour se concentrer désormais sur les projets", indique Jean-Didier Berthaud, le directeur de campagne de NKM.

Une tête de liste UMP ou UDI pour le 20e ?

Reste un caillou dans la chaussure de cette union laborieuse  : le 20e arrondissement. Là, aucun accord n'a réussi à être trouvé. "L'UMP et l'UDI s’efforceront de trouver un accord avant le 31 janvier, indique le communiqué de presse. A défaut, l'UMP et l'UDI resteront libres de présenter des candidatures dans cet arrondissement".

Les partis n'ont en effet pas réussi à se mettre d'accord sur la tête de liste. NKM avait choisi Atanase Périfan, le créateur de la fête des voisins et élu dans le 17e. L'homme, issu de la société civile, avait été un actif pourfendeur de la loi sur le mariage pour tous . De son côté, l'UDI préférerait imposer Raoul Delamare, qui milite dans le 20e depuis plusieurs années. "C'est compliqué, admet Christian Saint-Etienne, pour l'UDI. Il y a des arbitrages à faire, mais Raoul Delamare est extrêmement impliqué dans l'arrondissement".

"Il n'y a pas de problème en soi, on se laisse juste jusqu'à fin janvier pour décider", tranche Jean-Didier Berhaud. Reste que dans les rangs de l'UMP, certains risquent de grincer des dents. "On a perdu un mois et demi avec ces histoires", se plaignait un conseiller UMP de Paris en décembre. Il semblerait que dans le 20e, il faudrait encore rajouter quelques jours…

Plus d'articles

Sur le même sujet