À Paris, le Front national se veut bon élève mais pêche en calcul

DirectLCI
ÉLECTIONS MUNICIPALES - Le Front national a présenté ce jeudi matin le programme qu'il entend défendre pour les municipales parisiennes de mars 2014. Un document dense, mais qui ne comprend presque aucun chiffre.

Il fallait se serrer pour assister à la présentation du programme du Front national jeudi matin à Paris. La brasserie choisie était exiguë mais permettait à Wallerand de Saint-Just, d'exposer ses idées avec l'Hôtel de Ville en arrière-plan.

La tête de liste frontiste avait promis un programme "détaillé". Il a présenté un document comprenant 17 rubriques, sur 39 pages. "Ça montre le sérieux et la rigueur de nos propositions", se félicite l'avocat. Sa mesure phare : baisser les impôts de 20%. Pour y parvenir, il entend diminuer les budgets dédiés à la politique culturelle et associative et les dépenses dites "sociales". "L'aide aux enfants en difficulté est passée de 200 millions en 2005 à 800 millions en 2011, expose le conseil du parti d'extrême droite. Cette augmentation est essentiellement due à l'explosion de l'immigration."

Alliance au 2nd tour avec l'UMP

"Wallerand de Saint-Just démontre son ignorance et son incompétence sur les dossiers parisiens", raille de son côté la mairie de Paris. Selon elle, l'aide à l'enfance a coûté 364 millions en 2013. Elle est destinée "aux enfants en très grand danger, confiés par le juge". Une mission loin d'être facultative et  encadrée par l'article L221 du Code de l'action sociale et des familles

Par ailleurs, si le document est dense, il n'est pas pour autant chiffré. Le FN veut par exemple construire 25.000 logements sur la mandature, installer un deuxième conservatoire par arrondissement "si nécessaire", créer 35.000 places de parking ou doubler le budget de la sécurité, sans pour autant indiquer comment y parvenir. "C'est un exposé de volonté politique, se défend le candidat. Nous exposerons notre budget une fois installé à la mairie."

Wallerand de Saint-Just a également profité de l'événement pour renouveler sa main tendue à l'UMP. "Notre premier objectif est de battre la gauche", explique-t-il, en n'excluant pas des alliances au second tour. "Nous avons édité une charte en dix points. Si elle est respectée par nos adversaires, alors tout est possible." Un souhait qui pourrait ne jamais être exaucé. La candidate de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet a indiqué à plusieurs reprises qu'il était "hors de question" pour elle de s'allier avec le Front national.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter