A Paris, le PS aura besoin de ses alliés pour vaincre

A Paris, le PS aura besoin de ses alliés pour vaincre

DirectLCI
MUNICIPALES 2014 – La légère avance de la candidate UMP Nathalie Kosciusko-Morizet au premier tour des municipales à Paris oblige la gauche à s'unir et à remobiliser ses électeurs pour garder la capitale. Les négociations sont lancées avec les écologistes, qui sont parvenus à s'imposer dans cette campagne.

Un premier tour qui n'arrange personne. Malgré les discours triomphalistes, chacune des deux candidates, Anne Hidalgo (PS) et Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP), a mordu à sa façon la poussière au soir du scrutin des municipales à Paris.

A droite, Nathalie Kosciusko-Morizet peut revendiquer une légère avance, mais elle devra composer avec les très mauvais scores réalisés dans le 14e, où elle est candidate, et dans le 12e. Deux arrondissements jugés cruciaux pour reconquérir la capitale. A gauche, Anne Hidalgo peut savourer la vitalité de la gauche « dans une majorité d'arrondissements », à rebours de son échec cuisant au plan national. Elle ne pourra oublier les 19 points qui la séparent de l'UMP Philippe Goujon dans le 15e arrondissement où elle se présentait elle-même, et le score serré de sa candidate dans le 9e arrondissement face à Delphine Bürkli.

Interprétations divergentes

"L'avance de la droite n'a aucune signification, répète le porte-parole de la candidate PS Jean-Louis Missika. Elle n'a aucune réserve de voix au second tour." Quand à NKM, elle peut se convaincre que "deux parisiens sur trois ont condamné l'équipe sortante". Il n'empêche : personne ne peut s'estimer satisfait des résultats.

Personne, ou presque. Avec quasiment 9 % des intentions de vote, et un candidat en tête dans le fief écologiste du 2e, Christophe Najdovski (EELV), peut savourer d'être le "premier homme de l'élection". Après une fin de campagne tendue face au PS, sur fond de pollution, les écologistes sont parvenus à sortir de l'ombre, devançant nettement FN et Parti de gauche. "Très heureux, a simplement commenté l'homme sur Twitter , de voir que de nombreux parisiens nous ont fait confiance et ont donné de la force à l'écologie." Les voix du Parti de gauche, qui a mené une campagne très hostile au PS, seront également importantes malgré le score décevant du Front de gauche à Paris.

"Nos amis écologistes"

Anne Hidalgo ne s'y trompe pas. "Dès ce soir, nous allons discuter avec nos amis écologistes, avec qui nous avons dirigé la Ville depuis 13 ans", a rappelé la candidate PS. Des négociations cruciales. "Les écologistes demanderont probablement davantage de sièges, ce qui est logique, souligne un soutien d'Anne Hidalgo. De toute façon, il faudra un accord d'ici mardi."

A droite, les discussions devraient être plus rapides, l'UMP et le centre s'étant alliés dès le premier tour. Reste à savoir quel sera le comportement des listes "dissidentes" vis-à-vis de NKM. Décidément, cette semaine, aucun candidat ne dormira sur ses deux oreilles.

Plus d'articles

Sur le même sujet