A Puteaux, la maire veut une ville qui roule à 30

A Puteaux, la maire veut une ville qui roule à 30

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
POLITIQUE - À l'occasion des élections municipales, les étudiants du Celsa scrutent pour metronews le programme des candidats d'une dizaine de villes d'Île-de-France. Aujourd'hui, focus sur Puteaux (Hauts-de-Seine).

La ville de Puteaux vit dans un confort financier obtenu grâce au quartier d’affaires de La Défense. Mais la campagne est tendue et la maire, Joëlle Ceccaldi-Raynaud, concentre les attentions. Pendant les semaines passées, plusieurs candidats se sont plaints d'avoir rencontré des "obstructions" pour déposer leurs listes. Côté programme, les logements sociaux font consensus, l'économie se tourne vers La Défense et l'actuelle maire veut ralentir les voitures en ville.

> Cadre de vie : la maire Ceccaldi-Raynaud veut une ville limitée à 30 km/h

Des "circulations douces" : l’expression est à la mode chez les candidats qui veulent améliorer les transports/réseaux routiers au sein même de la ville, mais aussi vers l'extérieur. Sylvie Cancelloni (DVD) veut développer des navettes hybrides entre le centre-ville et La Défense, ainsi que des promenades pédestres pour relier le Haut au Bas de Puteaux. Stéphane Vazia (PS) prévoit la construction d’une passerelle piétonne vers l’Île de Puteaux, tout comme Christophe Grébert (MoDem) qui envisage de relier Puteaux au Bois de Boulogne.

Côté transports en commun, Gérard Brazon (FN) veut agir pour permettre une arrivée du tramway avenue du Général-de-Gaulle, et aimerait également développer le réseau de bus (Buséolien).

La maire sortante, Joëlle elle, s’attaquera à la circulation en voiture, qu'elle souhaite fluidifier en transformant Puteaux en ville “30”. Elle espère ainsi réguler les entrées de la ville grâce à une gestion informatisée des carrefours à feux.

> Emploi : Cancelloni veut s'ouvrir à La Défense

En matière de chômage, Puteaux se classe légèrement en dessous de la moyenne nationale, autour de 9 % d’après l’Insee. Afin d'aider les demandeurs d'emploi dans leur recherche, un service municipal a été mis en place par la mairie actuelle. Joëlle Ceccaldi (UMP) souhaite aller plus loin en mettant en place des outils supplémentaires, comme la création d’un pass "1er emploi" avec le club entreprises.

Christophe Grébert (Modem) propose de fonder une pépinière d’entreprises pour inciter les jeunes entrepreneurs à se lancer. Sylvie Cancelloni (DVD) voudrait s’ouvrir au quartier d’affaires de La Défense et lancer des partenariats avec ses sociétés. Gérard Brazon (FN) mise, lui, sur un service chargé de démarcher les entreprises pour les encourager à prendre des jeunes Putéoliens en formation, en CDD ou en CDI.

Le candidat du PS, Stéphane Vazia, veut créer un pôle économique (incubateur d’entreprises) regroupé avec Puteaux emploi. Permettre à davantage de Putéoliens de trouver du travail sur la commune est son objectif.

> Sécurité : ouvrir un nouveau commissariat ?

Puteaux est la ville des Hauts-de-Seine où l’on a recensé le moins de cambriolages en 2012. La délinquance touche relativement peu son centre, mais les abords de La Défense sont considérés comme plus dangereux.

Raison pour laquelle Sylvie Cancelloni (DVD) propose d’y multiplier les rondes. Elle souhaite également l’ouverture d’un poste de police municipale dans le haut de la ville. Projet similaire pour Christophe Grébert (MoDem) avec la création d’une annexe de la police municipale dans le haut de Puteaux. L’idée serait de concevoir un nouveau commissariat associant police nationale et police municipale.

Cette extension inspire la maire sortante qui envisage la mise en service d’un deuxième poste annexe. Joëlle Ceccaldi-Raynaud veut aussi généraliser la vidéo-protection pour couvrir chaque rue. Actuellement la ville dénombre 292 caméras. Gérard Brazon le candidat FN aimerait augmenter leur nombre mais aussi une présence physique permanente et des patrouilles sur le quartier Boieldieu (La Défense).

Stéphane Vazia (PS) prévoit, lui, de transformer la police municipale en police de quartiers pour recréer du lien avec les habitants. Sur la vidéosurveillance, il veut développer un usage plus raisonné des caméras et arrêter la vidéo-verbalisation.

> Fiscalité : grâce à La Défense, l'objectif est de baisser les impôts

La ville doit sa richesse à la fiscalité des entreprises de La Défense. De ce fait, plusieurs candidats s'engagent à baisser les impôts des Putéoliens. Christophe Grébert (MoDem) a prévu une diminution de 20 % de la taxe d’habitation. Sylvie Cancelloni (DVD) parle, elle, de réduire de 10 % les impôts locaux (taxe foncière et taxe d’habitation). Stéphane Vazia n’avance pas de chiffre, mais il veut baisser les taux d’imposition des impôts locaux chaque année.

Pas de diminution prévue pour le candidat Gérard Brazon (FN), qui préfère parler de maintien de la fiscalité. Joëlle Ceccaldi (UMP) mise sur une politique de modération fiscale, ce qui implique de ne pas augmenter le montant des impôts locaux.

> Logement : proposer encore plus de logements sociaux

La ville de Puteaux est allée au-delà du minimum légal en termes de logements sociaux avec un taux frôlant les 30 %. La maire sortante Joëlle Ceccaldi-Raynaud (UMP) se félicite de ce chiffre qu’elle entend bien maintenir si elle est réélue. Elle souhaite également développer l’écoquartier des Bergères qui comprend 2.600 hébergements, dont 20% de logements sociaux. Christophe Grébert (MoDem) désire, lui aussi, conserver cette proportion ainsi que la rénovation thermique et phonique de l’ancien parc. Cela permettra de rénover les HLM les plus vieillissants.

Même ordre d’objectif pour Sylvie Cancelloni (DVD) qui prévoit un programme d’accession sociale à la propriété et la baisse des charges locatives. De son côté, Stéphane Vazia (PS) va plus loin en imposant un seuil de 30 % de logements sociaux pour toute nouvelle opération immobilière. Enfin, Gérard Brazon (FN) promet d’autres constructions de logements sociaux, et envisage aussi la possibilité de vendre certains des appartements pour favoriser une mixité entre propriétaires et locataires.

>> Retrouvez le blog des étudiants du Celsa, "Le Périph' en campagne"

Plus d'articles

Lire et commenter