A Rennes, Nathalie Appéré défend l'héritage socialiste

A Rennes, Nathalie Appéré défend l'héritage socialiste

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES - Adoubée par le maire sortant Daniel Delaveau, Nathalie Appéré est un pur produit du PS. Elle est chargée de reprendre le flambeau d''un mandat socialiste qui dure depuis 37 ans dans la capitale bretonne.

38 ans, c'est l'âge de Nathalie Appéré, candidate socialiste à la mairie de Rennes. C'est aussi, à un an près, la durée dont les socialistes peuvent se targuer de détenir les clés de la ville. Cependant, si les socialistes font toujours des scores importants (près de 40 % des Rennais ont voté François Hollande en 2012, dès le premier tour), ces prochaines élections sont un vrai challenge pour cette candidate. Car elle est d'une génération qui n'a jamais connu la défaite, et la droite espère bien profiter d'une "érosion" du pouvoir en place .

Dans cette ville ancrée à gauche, cette mère de deux enfants reste néanmoins la favorite du scrutin municipal. Pur produit du PS (elle s'est engagée dans le parti peu après son arrivée à Rennes, dans les années 1990), cette ancienne étudiante de Sciences Po Rennes a gravi les échelons des administrations locales pour devenir adjointe municipale en 2001. Depuis 2008, elle occupe le poste de première adjointe au maire, avant d'être élue députée de la deuxième circonscription en 2012. Elle connaît bien les dossiers de la ville, qu'elle suit depuis longtemps, et notamment le monde associatif.

Poursuite des grands projets

Après l'annonce surprise du maire actuel de ne pas se représenter fin 2012, c'est naturellement sur elle que se sont portés les espoirs des socialistes. Elle sait mener une campagne puisque c'est elle qui a dirigé celle de son prédécesseur, Daniel Delaveau, en 2008, qui avait récolté 60 % des suffrages au deuxième tour. Et elle est donc chargée de poursuivre les grands projets lancés ces dernières années : deuxième ligne de métro, nouveau centre de congrès, quartier d'affaires EuroRennes…

Sa candidature n'a pas créé de dissensions dans son camp. Elle est à la tête d'une liste réunissant des personnalités de toutes les tendances de la majorité sortante : socialistes, radicaux de gauche, communistes et Union Démocratique Bretonne. Néanmoins, elle doit faire face à une droite à peu près unifiée derrière la candidature de Bruno Chavanat. Et elle doit composer avec le choix des écologistes, qui ont choisi pour ce scrutin de s'allier avec une partie du Front de gauche au premier tour. Reste à savoir dans quelle mesure le contexte national va jouer un rôle dans ces prochaines élections.

Lire et commenter