A Toulon, le maire Hubert Falco sur la voie royale

A Toulon, le maire Hubert Falco sur la voie royale

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES – La campagne des municipales vogue depuis quelques semaines déjà, mais Hubert Falco vient juste de monter à bord. Grand favori après deux mandats à la barre de Toulon, le maire UMP actuel va mener une campagne éclair.

Il ne manquait plus que lui, le voilà enfin : le 1er mars, sur son site Internet hubertfalco.fr , l’actuel maire UMP de Toulon a annoncé sa candidature aux élections municipales.

Une annonce tardive pour "travailler jusqu'au bout de mon mandat", annonce au Point celui qui brigue un 3ème mandat consécutif. Mais il ne dévoilera les noms de son équipe que le 14 mars prochain, soit à peine plus d’une semaine avant le premier tour.

58,35 % pour Sarkozy en 2012

Il ne faisait aucun doute qu’Hubert Falco, 66 ans, allait à nouveau se lancer. Mais le vice-président de l’UMP aura fait durer le plaisir. Elu en 2008 dès le premier tour avec 65,20 % des suffrages, l’édile semble persuadé que l’histoire peut se répéter. Et, effectivement, certains faits vont dans son sens : lors de la présidentielle de 2012, les Toulonnais ont voté à 58,35 % pour Nicolas Sarkozy.

Hubert Falco va donc mener une campagne éclair, une manière d’éviter de débattre trop longuement des deux principaux écueils qui menacent le navire UMP local. Selon ses adversaires, qui vont du Front national au Front de gauche, si la dette de la ville a baissé, ce n’est pas le cas de celle de communauté d’agglomération Toulon Provence Méditerranée dont il est président. Est reprochée par ailleurs l’absence de transports en commun en site propre (TCSP), pourtant décidée il y a 14 ans. Un retard qui chagrine nombre de Toulonnais. De là à choisir un autre candidat ?

"Hubert Falco connaît le peuple"

Pas si sûr, car le maire actuel est bien implanté. Même son principal adversaire le concède : "Hubert Falco dit gérer la ville en bon père de famille. Et c’est vrai qu’il a su conserver ce tropisme paysan. Il sent les choses, il connaît le peuple, c’est un homme intuitif. Mais il faut plus que ça", estime Robert Alfonsi, le candidat socialiste qui, lui, a lancé sa campagne depuis longtemps. En 2008, il n’avait obtenu que 14,1 % des voix.
 

Lire et commenter