A Toulouse, les jeunes se lancent dans la course aux municipales

A Toulouse, les jeunes se lancent dans la course aux municipales

DirectLCI
MUNICIPALES – Sur les 690 candidats présents sur les 10 listes à Toulouse, 119 n'ont pas passé le cap des 30 ans. Metronews en a rencontré trois d'entre eux qui expliquent les raisons de leur engagement.

Un premier combat politique à 20 ans. Laura Layani est une des benjamines de la campagne des municipales à Toulouse. Installée au 26ème rang sur la liste de Jean-Pierre Plancade, cette étudiante en école de commerce qui affirme ne pas être encartée dit ne pas être là pour faire de la figuration.

"C'est la première fois que je vais voter", confie la jeune fille. Tractage dans son école avec cinq autres colistiers "juniors", discussions autour de la vie étudiante, sur la sécurité dans la Ville rose, constituent son quotidien depuis plusieurs semaines. "Mais le plus difficile est de toucher les jeunes, car s'ils sont nombreux à Toulouse et beaucoup ne votent pas ici", regrette-t-elle.

"Aucune addiction à part la politique"

Défendre des projets et aller au-delà de la population, c'est aussi le leitmotiv de Sophia Belkacem engagée sur la liste de Jean-Luc Moudenc (UMP). A 30 ans, cette avocate de formation affiche déjà 17 ans de mandat derrière elle ! "J'ai été élue la première fois à 13 ans au conseil municipal des jeunes à Béziers et depuis j'ai toujours eu des fonctions électives", raconte-t-elle. "Je n'ai aucune addiction à part la politique. Je crois que j'ai ça dans la peau !"

"La politique, le seul terrain où faire entendre ses idées"

Le parcours de Camille Montalan, 33ème sur la liste d'Ahmed Chouki et "Toulouse en marche" soutenue par le NPA (Nouveau parti anticapitaliste), est différent. "Je suis engagé dans le milieu associatif, et j'ai compris que pour faire entendre ses idées sur l'emploi, le logement ou la démocratie, il fallait occuper le terrain politique ", explique cet animateur socio-culturel dans le quartier de La Reynerie.

Forte de 28 candidats (sur 69) âgés de moins de 30 ans, la  liste des "quartiers" a atteint son objectif quel que soit le résultat du scrutin le 23 mars prochain. "Car la dynamique de "Toulouse en marche" va continuer après les élections", affirme Camille Montalan.

Plus d'articles

Sur le même sujet