A Toulouse, tout reste ouvert pour le second tour

A Toulouse, tout reste ouvert pour le second tour

DirectLCI
MUNICIPALES – Entre un candidat, Jean-Luc Moudenc qui a fait le plein de voix à droite, et son adversaire, Pierre Cohen, contraint de négocier avec les autres forces de gauche pour espérer l'emporter, le résultat de dimanche soir semble indécis.

Le second tour est incertain à Toulouse. Comme en 2008, Jean-Luc Moudenc (UMP) et Pierre Cohen (PS) se retrouvent en finale pour se disputer le droit de siéger six ans au Capitole .

Selon Laurent Dubois, politologue à France 3 Midi-Pyrénées, les deux hommes se trouvent face à une problématique différente. Le maire sortant est confronté à une question arithmétique : "On fait face à un fort taux d'abstention (la plus faible depuis 1983, Ndlr) surtout de l'électorat de gauche qui s'est peu mobilisé en faveur de Pierre Cohen, son défi sera d'aller chercher ces voix-là ", note Laurent Dubois.

Pierre Cohen va devoir discuter avec les Verts

Alors que Pierre Cohen se voit contraint de négocier avec les autres forces de gauche, notamment les Verts et peut être le Front de Gauche, cet aspect de "marchandage à ciel ouvert" ne présente pas que des avantages. "En discutant avec les Verts, Pierre Cohen va devoir avaler des couleuvres. En plus de cela, ça prend de l'énergie et du temps sur la campagne".

Un détail sur lequel Jean-Luc Moudenc a appuyé dès dimanche soir en affirmant que l'on ne connaissait pas le programme de son adversaire. Ce qui n'est pas son cas, puisque en réalisant l'union de la droite avec le MoDem et l'UDI avant le premier tour, le chef de file de l'UMP 31 semble avoir emmagasiné le maximum de suffrages.

Pas de réserves de voix pour Moudenc

Mais "il va devoir transformer la dynamique de son score du 23 mars. Il n'a pas de réserve de voix et mobiliser les abstentionnistes va s'avérer compliqué", ajoute le politologue de France 3 Midi-Pyrénées.

D'autant que dès dimanche soir, Serge Laroze le porte-drapeau du Front National à Toulouse ne donnait aucune consigne officielle de vote pour le second tour. Que ce soit à droite ou à gauche, chaque candidat devra aller chercher une à une les voix qui lui manque.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter