Abstention, Métropole, FN : les enjeux des municipales à Lille

Abstention, Métropole, FN : les enjeux des municipales à Lille

DirectLCI
POLITIQUE – Score de Martine Aubry, impact de l'abstention dans les résultats ou encore possibilité de basculement de la communauté urbaine à droite : à l'occasion du premier tour, Metronews fait le point sur les points chauds de l'élection municipale à Lille.

Un résultat plus serré qu'en 2008
Si Martine Aubry affiche sa confiance, la maire de Lille prédit un score dépassant de peu les 50% au second tour. Une estimation bien loin du record historique des 66% de 2008. "Le contexte n'est plus le même. A l'époque, il y avait un rejet anti-Sarkozy et une absence de liste FN", rappelle à metronews Pierre Mathiot, directeur de Sciences Po Lille. Habitué à des scores autour de 10%, le FN lillois est bien placé pour provoquer une triangulaire. Autre nouveauté : Jacques Mutez , ancien du Parti Radical de Gauche et le Front de Gauche proposent, aussi cette fois,  des listes dissidentes . "Ils devraient réunir environ 7%, prédit Pierre Mathiot. Reste à savoir si tous les électeurs se rallieront à Martine Aubry." En décembre dernier, un sondage la créditait de 56 %, en cas de triangulaire au second tour.

L'abstention nourrie par un désaveu gouvernemental 
En 2008, l'abstention avait atteint les 55% au second tour à Lille. Avec une gauche au pouvoir, l’électorat populaire, parfois déçu par l'action gouvernementale, pourrait de nouveau bouder les urnes. De quoi pénaliser le parti socialiste par une "abstention-sanction" : "Martine Aubry est tenue à l'écart du gouvernement, commente Pierre Mathiot. C'est une chance au niveau local, où elle peut jouer à la fois sur sa notoriété, tout en localisant les enjeux autour de sa personne et de son programme."

La métropole lilloise peut-elle basculer à droite ?
Historiquement, Lille métropole n'a jamais été dirigée par la droite. Pour que ce séisme politique puisse se produire, une improbable conjecture devrait se réaliser. "Le score de chaque scrutin municipal détermine le nombre de conseiller communautaire, rappelle Pierre Mathiot. Il faudrait d'abord qu'une grande ville bascule." Longtemps dirigée par la droite, Tourcoing est l'espoir principal de l'UMP, mais celle-ci devrait aussi être le théâtre d'une triangulaire fatale. "Ensuite quelques villes moyennes devrait aussi passer vers l'autre bord et les scores à Lille et Roubaix devraient être améliorés", énumère Pierre Mathiot. Sans oublier, l'aval de la liste des maires indépendants des petites communes, qui pencherait d'ores et déjà pour... Martine Aubry.

Lire et commenter