Affaire Fillon : trois scénarios pour une semaine cruciale

AFFAIRE - Les magistrats du parquet national financier (PNF) devraient avoir en main cette semaine la synthèse de l'enquête de police sur les soupçons d'emplois fictifs de Penelope Fillon. À partir de là, le PNF veut réagir "rapidement" et dispose de trois options, mais le classement sans suite, plus favorable à François Fillon, ne serait pas privilégié selon plusieurs médias.

L’avenir s’assombrit-il pour François Fillon ? L'intéressé pourrait le savoir très vite. Le Parisien rapporte ce lundi que les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) doivent remettre cette semaine aux magistrats du parquet national financier (PNF) leur rapport d'enquête visant le couple Fillon pour détournement de fonds publics et abus de biens sociaux.


Une fois ce rapport en mains, le PNF aura trois options. Soit le classement sans suite de l'affaire, s'il estime que les délits ne sont pas constitués. Soit l'ouverture d'une information judiciaire, avec une enquête confiée à des juges d'instruction. Soit le renvoi direct devant le tribunal correctionnel d'une ou de plusieurs des personnes visées par l'enquête, donc un "procès Fillon". Selon une source judiciaire jointe par LCI, le PNF compte rendre "rapidement" sa décision.

1. Un classement sans suite écarté par le PNF ?

Selon le Journal du Dimanche, le parquet national financier, qui annoncerait sa décision cette semaine, n'opterait pas pour un classement sans suite. Ce mercredi, Le Canard enchaîné, à l'origine des premières révélations sur cette affaire, affirmait également que le classement sans suite serait écarté par le PNF. Resterait donc le renvoi devant le tribunal correctionnel ou l'ouverture d'une information judiciaire.

2. Un renvoi devant le tribunal correctionnel, mais pour quand ?

Dans l'optique d'un renvoi devant le tribunal correctionnel, un procès aurait lieu au plus tôt une dizaine de jours après la décision du renvoi. Mais la décision de justice mettrait plusieurs semaines à intervenir. Si le PNF décide de renvoyer François Fillon en correctionnelle , cela signifie qu'il est sûr de détenir assez d'élements pour faire condamner le candidat. 


Cette hypothèse est difficilement conciliable avec le calendrier électoral, à commencer par le dépôt des candidatures à l’élection présidentielle, dont la date butoir est fixé au 17 mars prochain. Soit dans moins de cinq semaines. Pourrait-on alors s'orienter vers un report de l'élection présidentielle ? C'est une éventualité, car le Conseil constitutionnel peut décider de ce report dans le cas où un candidat serait "empêché" de concourir. 

3. L'ouverture d'une information judiciaire : vers une mise en examen de François Fillon ?

Si le PNF décide d'ouvrir une information judiciaire, un juge d'instruction serait alors nommé et pourrait mettre en examen François et Penelope Fillon. Or, le candidat à la présidentielle avait affirmé au JT de 20 heures de TF1, au lendemain des révélations, qu'il renoncerait à concourir en cas de mise en examen.


Dans ce cas de figure, l'un des axes de défense du camp Fillon pourrait être de contester cette décision et tenter de décrédibliser le parquet national financier. Les avocats du candidat avaient déjà demandé au PNF de se dessaisir de l'enquête car, selon eux, le délit de détournement de fonds publics ne peut être reproché à un parlementaire.

Si le PNF se désaisit de l'enquête, celle-ci incomberait alors au parquet de Paris. Une décision sera prise après discussion et accord entre Éliane Houlette, procureur de République financier, à la tête du PNF, et François Molins, procureur de la République de Paris, à la tête du parquet de Paris.


Le PNF a cependant indiqué dimanche à Reuters ne pas avoir pris pour l'instant de décision, ni fixé de calendrier, dans ce dossier explosif à un peu plus de deux mois du 1er tour de la présidentielle. Mais le pessimisme aurait déjà atteint les proches de l’ancien Premier ministre, ainsi que ses avocats, avance le JDD. Eux aussi écarteraient également l’hypothèse favorable d’un classement sans suite. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Penelope Fillon

Plus d'articles

Lire et commenter