Affiches anti-Hidalgo : Nicolas Miguet récidive

Affiches anti-Hidalgo : Nicolas Miguet récidive

DirectLCI
POLITIQUE – L'homme d'affaires et président du Rassemblement des contribuables français (RCF) Nicolas Miguet a diffusé une nouvelle affiche "sauvage" hostile à la candidate PS à la mairie de Paris, Anne Hidalgo. Présentée vendredi à la presse, celle-ci a déjà trouvé sa place depuis jeudi matin dans les rues de la capitale.

La première avait été affichée "pour la Saint Valentin", selon son auteur. La seconde doit être présentée vendredi à la presse pour la "Sainte Félicité". Pourtant, depuis jeudi matin, la nouvelle affiche de Nicolas Miguet hostile à la candidate PS Anne Hidalgo a d'ores et déjà trouvé sa place dans les rues de la capitale.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, les colleurs d'affiches de Nicolas Miguet, homme d'affaires et président du Rassemblement des contribuables français (RCF), ont en effet commencé à coller la nouvelle affiche anti-Hidalgo dans le 17e arrondissement. Jeudi soir, ils s'attaquaient aux 8e, 13e et 14e arrondissements avant de se lancer à l'assaut du centre de Paris. Sur l'affiche : une caricature d'Anne Hidalgo barrée d'un bandeau "Le pire est à venir".

"Le pire est à venir"

La première affiche montrait déjà la candidate PS les yeux bandés, mais avec le slogan "Derrière le sourire… La facture". Omniprésente dans les rues de Paris, elle avait déjà fait beaucoup parler d'elle. Elle avait en effet généré une polémique après la publication d'un email interne de la Ville demandant à ses services de la propreté de faire disparaître ces "affiches mettant en cause Anne Hidalgo" et d'"engager des tournées de surveillance" pour éviter la récidive. La Ville avait contesté cette présentation des faits, indiquant que tout "affichage sauvage" dans les rues de Paris connaissait le même sort. La mission des services de propreté a visiblement échoué. Sur les 8.000 affiches collées, nombre d'entre elles sont restées à leur place.

Les nouvelles affiches devraient être rapidement diffusées dans la capitale. "D'ici le 15 mars, les 10.000 affiches imprimées seront collées, assure Antony, responsable des équipes de collage. Vendredi matin, au moins 600 d'entre elles couvriront déjà sur les bancs, les palissades et murs. Le but est de tapisser la moitié de la capitale avant lundi prochain. Niveau timing, c'est bon, maintenant, on ne sait pas de quoi est capable Madame Hidalgo pour nous en empêcher ."

Une troisième affiche ?

Joint par téléphone jeudi soir, Nicolas Miguet indiquait "ne pas avoir peur" d'une quelconque sanction et n'excluait pas de réaliser une troisième affiche. "Dans cette ville, on ne nettoie pas les trottoirs de Paris, en revanche on 'karchérise' les affiches du RCF. Nous sommes en démocratie, c'est marqué dans la Constitution ! Une opinion peut aujourd'hui se proclamer par voie de presse, par affichage, radio ou télé. Les affiches que nous posons ne sont pas diffamatoires. Je ne vois pas pourquoi donc la Ville de Paris s'inquiéterait.

A 19 heures, ni la Ville de Paris ni Anne Hidalgo n'avaient réagi à ce nouvel affront.

Plus d'articles

Sur le même sujet