Alain Juppé : Bordeaux, dernière marche avant l’Elysée ?

Alain Juppé : Bordeaux, dernière marche avant l’Elysée ?

DirectLCI
MUNICIPALES : Populaire dans sa ville et au niveau national, l’ancien Premier ministre songerait de plus en plus à se présenter à la primaire de l’UMP à la Présidentielle

Ce serait une très grosse surprise si Alain Juppé n’était pas réélu maire de Bordeaux au premier tour le 23 mars prochain. Selon un sondage CSA publié le 11 décembre, sa liste soutenue par l'UMP, le MoDem et l'UDI recueillerait 59 % des suffrages. Soit plus du double des voix prêtées à son opposant socialiste, Vincent Feltesse, allié à EELV et le PRG.

Ce qui signifie qu’Alain Juppé séduit aussi des électeurs de gauche. N’oublions pas que Bordeaux a voté à gauche aux deux dernières présidentielles, à 52 % pour Ségolène Royal en 2007 et 57 % pour François Hollande en 2012. En 2007, Michèle Delaunay, actuelle ministre déléguée aux personnes âgées, avait même ravi à Alain Juppé son siège de député de… 670 voix. La sociologie de Bordeaux, qui attire 12 000 arrivants chaque année, a donc évolué.

Mais, l’édile a un bilan qui plaide largement en sa faveur. "Quelle que soit leur sensibilité politique, les Bordelais s’accordent pour dire qu’Alain Juppé a redonné à la ville son lustre d’antan avec l’arrivée du tramway, la rénovation des quais et des façades dans l’hyper-centre", observe Jean Petaux, politologue à Sciences-po Bordeaux. Même son adversaire, Vincent Feltesse est forcé de le reconnaître. "C’est aussi mon bilan en tant que président de la CUB (Communauté urbaine de Bordeaux)", se défend-t-il.

Au sommet de sa popularité

Pour autant, Alain Juppé bat campagne sans relâche depuis des mois. Il a déjà fait une centaine de réunions chez l’habitant et quelques "speed-dating" géants en cœur de ville Car, malgré ses 68 ans, il songerait à se présenter en 2017 à la Présidentielle. Et ce, même si Nicolas Sarkozy est candidat à la primaire au sein de l’UMP. Le 26 janvier, un sondage BVA révélait que près de sept Français sur dix ont une bonne opinion de lui. Ils le jugent "compétent", "courageux", "ayant des convictions profondes, de l'autorité".

Mais en attendant, en 2014, Alain Juppé vise une autre présidence…, celle de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), qui a pour ambition de devenir une métropole européenne d’un million d’habitants à l’horizon 2030. Dans tous les cas, il réfléchit à sa succession à Bordeaux. Est-ce que ce sera la "surprise" de sa liste, Virginie Calmels, membre du conseil d’administration du Medef à Paris et ex-présidente d'Endemol France, groupe de production télévisuelle spécialisée dans la téléréalité, ou plutôt une figure nationale de l’UMP, comme Benoist Apparu ? 

Lire et commenter