Ali Kismoune : "A Lyon, la diversité devrait être bien représentée"

Ali Kismoune : "A Lyon, la diversité devrait être bien représentée"

DirectLCI
INTERVIEW – Le président du Club Rhône-Alpes Diversité promeut depuis de nombreuses années l’égalité au sein l’agglomération lyonnaise. Présent sur les listes du maire socialiste sortant Gérard Collomb, il explique à metronews ce qu’il pense de la diversité dans les élections municipales à Lyon et en France.

La diversité est-elle bien représentée sur les listes lors de ces élections municipales à Lyon ?

Très clairement, Gérard Collomb est exemplaire en la matière. Avec par exemple la présence d’Odile Belinga, tête de liste dans le Ier arrondissement et qui est franco-camerounaise. Il y a aussi Fouziya Bouzerda, qui vient du Modem et qui est 4ème sur la liste dans le IIIème arrondissement, ou encore Zohra Ait Maten, en 3ème position dans le 7ème arrondissement. Les listes sont à l’image de la diversité sociale et culturelle de la ville, tout en respectant la parité. Nous sommes tous sur la photo de famille, et c’est très important pour la cohésion sociale et l’équilibre d’une cité. Tout le monde se sent représenté, pris en compte, et cela se fait très naturellement.

Qu’en est-il des autres listes ?

Je n’ai pas envie de faire de commentaires sur cela. J’ai envie de positiver plutôt que de polémiquer. C’est aux citoyens, aux électrices et aux électeurs de regarder cela, de se faire leur opinion et de trancher ensuite.

Vous affirmez que Gérard Collomb est exemplaire. Pourtant, une étude du think tank République et diversité et du Conseil des associations noires de France (Cran) révèle que la Ville de Lyon n’a aucun adjoint issu de la diversité…

En 2008, Najat Vallaud-Belkacem était là (6ème adjointe, chargée des grands événements, de la jeunesse et de la vie associative, ndlr) avant d’être nommée ministre en 2012. Donc l’enquête se trompe un peu. Nous avons désormais une Lyonnaise ministre, c’est tout de même une belle promotion. Je rappelle aussi que Lyon est la première ville française à avoir obtenu, en 2010, le label Diversité, lequel se base sur dix-huit critères, et est décerné aux entreprises et aux administrations jugées exemplaires en matière de diversité et de lutte contre les discriminations.

Après le départ de Najat Vallaud-Belkacem au gouvernement, Gérard Collomb n’aurait-il pas pu nommer une autre personnalité issue de la diversité à sa place ?

Peut-être, mais il faut maintenant se tourner vers l’avenir, et attendre le futur exécutif du maire, s’il est réélu. On verra, mais quand je regarde les listes qu’il y a en 2014, je ne me fais pas de souci, la diversité devrait être bien représentée.

Plus globalement, l’étude de République et diversité et du Cran dévoile que sur les maires des cinquante plus grandes villes de France, seulement cinq sont des femmes. N’est-ce pas inquiétant ?

Tout d’abord, notons que les femmes se sont fait une place au sein des exécutifs municipaux, avec 49% des postes d'adjoints au maire. Cela est certes dû à la loi, et c’est un peu dommage de devoir passer par là pour que la parité soit appliquée. Mais dans certains cas, légiférer peut nous aider à avancer. Il faut nous mobiliser pour que les choses changent et que davantage de femmes deviennent maires. Il reste donc encore du travail, mais je suis assez optimiste quant à la suite des événements.
 

Plus d'articles

Sur le même sujet